REGRETS - Avec la multiplication des cas de Covid, les services de réanimation voient déferler les patients non vaccinés, qui regrettent. Francis Palombi est l'un d'eux. Encore hospitalisé, il témoigne sur LCI et s'en veut de s'être méfié du vaccin.

Il revient de loin. Des sanglots dans la voix, Francis Palombi sait qu'il a failli faire le grand saut. "Je suis passé à l'orée de la mort", reconnaît le président de la Confédération des Commerçants de France sur LCI. Il y a huit jours, son taux d'oxygène au plus bas après avoir été contaminé par le Covid-19, il est admis en réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré à Paris, s'ajoutant à la longue liste des non-vaccinés admis dans les services de soins critiques.

Une expérience qui l'a profondément marqué. Encore hospitalisé, mais sorti de réanimation après quatre jours de frayeurs, il veut aujourd'hui témoigner en faveur de la vaccination. "La vie, c'est la plus belle chose du monde et j'ai failli la perdre. Il faut se vacciner qui qu'on soit, les antivax ou autres. Vaccinez-vous, pensez à vos familles, à vos enfants, à vos grands-parents. Il faut rester en vie pour continuer l'action", lance-t-il, depuis son lit d'hôpital, encore relié à de l'oxygène à haut débit via ses lunettes nasales. "Je suis prêt à devenir le plus grand militant pour se vacciner", poursuit-il.

J'ai résisté longtemps, mais j'ai compris que la vie n'a pas de prix.
Francis Palombi

Rattrapé par le virus, il maudit à présent la position sur laquelle il campait. "Oui, j'avais une orientation qui ne me prédisposait pas à me faire vacciner. Je me méfiais d'un corps étranger qui rentre dans le corps, car je suis plutôt médecine douce", plaide-t-il, ajoutant, comme pour mieux se justifier, "qu'il n'avait pas de convictions sectaires". "Je ne suis pas un 'anti'. Je porte et je rassemble notamment les commerçants et petits-commerçants, mais là, c'est vital", tonne-t-il. 

Et pour mieux enfoncer le clou, il s'adresse aux réfractaires : "J'ai résisté longtemps, mais j'ai compris que la vie n'a pas de prix et je demande à ces 10% de trop, qui ne sont pas vaccinés, d'y aller. Les antivax, faites-vous vacciner, c'est une question de vie ou de mort". 

Sorti d'affaire, Francis Palombi salue l'équipe médicale qui l'a pris en charge à l'hôpital, mais il sait que le chemin est encore semé d'embuches pour réussir à convaincre les plus réticents. Pour lui, il faut être encore plus pédagogue. "Malgré la compétence des médecins et des virologues, les pouvoirs publics doivent expliquer encore davantage, et le plus simplement possible, le mécanisme de la vaccination", demande-t-il. Avant de conclure : "Je vais de mieux en mieux. Je sors mardi normalement".


V. Fauroux

Tout
TF1 Info