Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Beaucoup plus contagieux" : le variant sud-africain sous l’œil du labo qui l’a identifié

M.D.
Publié le 3 février 2021 à 10h08
JT Perso

Source : TF1 Info

COVID-19 - Une équipe de TF1 a rencontré les chercheurs à l'origine de la découverte du variant sud-africain. Selon le directeur du laboratoire, une nouvelle phase de la pandémie commence.

Un virus peut en cacher un autre. Et même plusieurs, si l'on en croit les généticiens qui scrutent les nouveaux variants du Covid-19. Depuis le mois de décembre, pas moins de quatre nouvelles souches du virus ont été repérées dans plusieurs régions du monde. Les scientifiques les suspectent d’être plus contagieux. En Afrique du Sud, où l'épidémie a été accélérée par un nouveau variant, des chercheurs le traquent jour et nuit, dans un laboratoire situé à Durban. Une équipe de TF1 a pu rencontrer l'équipe à l'origine de sa découverte.

Il pourrait y avoir d'autres mutations encore, comme la grippe avec de nouvelles versions à chaque saison

Edwan Wilkinson, bio-informaticien au sein du laboratoire Krisp

Pour repérer un nouveau variant, les scientifiques utilisent le séquençage, une technique qui permet d’obtenir l’empreinte génétique du virus. "Nous pouvons observer chaque évolution dans le virus. C’est de cette manière que nous avons pu identifier le nouveau variant", explique Jenifer Giandari, biologiste au laboratoire Krisp. Ensuite, un bio-informaticien prend le relais. Son rôle consiste à suivre l'évolution du virus. Selon Edwan Wilkinson, il y aura encore d'autres variants. "Ce nouveau variant apparaît beaucoup plus contagieux. Il pourrait y avoir d'autres mutations encore, comme pour la grippe avec de nouvelles versions à chaque saison", explique-t-il.

À en croire le virologue Tulio de Oliveira, le variant sud-africain, toute comme le californien et le brésilien, ont une caractéristique commune. "Quand le variant pénètre dans les cellules, les anticorps sont moins actifs pour contrer le virus. Cela veut dire que qu’une partie du vaccin sera légèrement moins efficace", explique le chercheur. Selon lui, une nouvelle phase de la pandémie commence. "On s’attend à ce que dans les prochaines semaines beaucoup de variants apparaissent partout dans le monde avec la même mutation", prévient ce spécialiste.


M.D.

Tout
TF1 Info