La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Covid-19 : comment marche ce nouveau masque qui élimine le virus ?

La rédaction de LCI
Publié le 12 février 2021 à 9h52
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

INNOVATION - Les masques chirurgicaux et FFP2 seront-ils bientôt remplacés par un masque qui élimine lui-même les virus ? Une entreprise toulousaine vient de développer un prototype aux résultats prometteurs.

Une fois le masque en place sur le visage, ne pas le toucher fait partie des consignes de base pour éviter toute contamination au coronavirus. Mais plus facile à dire qu’à faire : en moyenne, les Français le font jusqu’à 3.000 fois par jour. Qu’il s’agisse de le remettre en place, ou de le bouger pour mieux respirer, difficile alors de garder ses mains loin de son masque. Le risque est pourtant que ce dernier devienne lui-même vecteur du coronavirus.

Les ingénieurs de l’entreprise Paul Boyé Technologies, basée en Haute-Garonne, ont heureusement trouvé une solution, en mettant au point un masque FFP2 incorporant à sa surface un désinfectant, permettant de tuer les virus qui pourraient s’y agglutiner. Son nom de code : le Biox.

Le principe est simple : quand les virus comme le coronavirus touchent le masque, le principe actif s’actionne pour les éliminer. En moins d'une heure, plus de neuf virus sur dix sont ainsi désactivés.

Le produit resterait efficace plusieurs jours, mais pas question pour autant de porter cette protection plus de huit heures, ni de la réutiliser – les masques FFP2 devant être changés tous les jours.

Efficace contre d'autres virus

L’efficacité du masque Biox vient d’être prouvée par les laboratoires d’État. D’autres tests sont encore requis, mais d’ici quelques mois l’entreprise pourrait produire 600.000 masques par jour. "Il y a des opérations industrielles qui coûtent un petit peu plus cher, donc ce masque va coûter un peu plus que le masque normal, mais pas tellement plus. On est en train de travailler sur le prix de revient", explique Jacques Boyé, dirigeant de l’entreprise.

À l'origine, cet équipement a été étudié bien avant l’apparition du Covid-19, pour lutter contre les infections à l'hôpital. Il sera donc efficace contre de nombreux autres virus et bactéries.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info