Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : la France temporise sur la 4e dose, quels pays la mettent en place ?

A. Lo.
Publié le 21 février 2022 à 16h18, mis à jour le 23 février 2022 à 18h38
JT Perso

Source : Le Grand Jury

Le ministre de la Santé Olivier Véran a écarté dans l'immédiat l'hypothèse d'une quatrième dose de vaccin anti-Covid.
Celle-ci ne s'imposerait pas, selon les autorités sanitaires.
Certains pays ont malgré tout fait le choix de la mettre en place.

Dans l'immédiat, une deuxième dose de rappel ne sera pas nécessaire. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le ministre de la Santé, à la suite d'un avis similaire émis par les autorités sanitaires courant janvier. Alors que le pass vaccinal pourrait être levé "à la mi-mars", la France semble pour le moment se concentrer sur l'administration de la troisième dose. 

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a de son côté envisagé qu'une campagne pour une deuxième dose pourrait se mettre en place en octobre, sans pour autant se diriger vers "vers une quatrième dose généralisée", a-t-il assuré.

Une 4e dose pour la population vulnérable de plusieurs pays européens

Selon lui, une quatrième dose sera alors d'actualité, mais "pour les plus fragiles vaccinés depuis six mois". D'autres pays en Europe ont fait cependant le choix d'appliquer cette mesure dès maintenant. C'est le cas du Royaume-Uni, qui a annoncé ce lundi que les personnes de plus de 75 ans, les résidents de maisons de retraite et toutes les personnes immunodéprimées de plus de 12 ans pourraient recevoir un deuxième rappel dans les prochaines semaines.

L'Espagne, le Danemark ou encore la Suède ont également ouvert la quatrième dose aux personnes vulnérables et/ou aux personnes âgées, ce dernier pays conseillant également cette injection à tous les résidents en maison de retraite. En Allemagne, cette deuxième dose de rappel est par ailleurs aussi recommandée pour les personnels soignants. 

Le Danemark a de plus précisé qu'il ne prévoyait pas de quatrième dose pour les autres catégories de populations, ni de troisième dose pour les moins de 18 ans. La Hongrie a, elle, ouvert la possibilité mi-janvier à tous ceux qui le souhaitaient.

Lire aussi

Ces décisions de pays européens ont été prises suite aux recommandations d'Israël, premier pays à préconiser une quatrième dose anti-Covid pour l'ensemble de sa population de plus de 18 ans. Le pays a estimé qu'elle permettait de multiplier 3 à 5 fois les anticorps par rapport à la 3e dose, et qu'elle réduisait le nombre de contaminations. Pour le moment cependant, le gouvernement israélien ne l'a autorisée qu'à une certaine catégorie de personnes à risques.

Le Chili a, par contre, bien lancé une campagne nationale de quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 début février. Celle-ci avait été réservée dans un premier temps aux personnes immunodéprimées, au personnel de santé et aux personnes âgées en maisons médicalisées. À partir du 7 février, la quatrième dose a été ouverte à toute personne âgée de plus de 55 ans, alors que le pays est confronté à des contaminations massives, avec près de 30.000 cas par jour. Ce pays d'Amérique latine est parmi les plus vaccinés au monde. 


A. Lo.

Tout
TF1 Info