La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : des mesures renforcées en Eure-et-Loir

Publié le 1 mars 2021 à 20h10, mis à jour le 2 mars 2021 à 0h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le gouvernement a placé 20 départements sous étroite surveillance. Si la situation sanitaire se dégrade, des mesures encore plus restrictives pourraient être instaurées. C’est le cas en Eure-et-Loir.

Les contrôles sont plus sévères et plus fréquents dans le centre-ville de Chartres. "Bonjour Monsieur, pensez à mettre correctement le masque s'il vous plaît", rappelle un agent patrouillant dans la rue. Obligation de porter le masque et de respecter le couvre-feu, interdiction des attroupements et de la consommation d’alcool dans les rues... Des mesures ont été prises dans toute l’Eure-et-Loir. Le département est placé sous surveillance renforcée. Ici, chacun redoute un reconfinement le week-end. “On travaille toute la semaine, donc, au moins profiter de son week-end. Moi, je trouve que, moralement, ça va être compliqué s’il faut qu’on soit de nouveau reconfiné”.

C’est la tension à l’hôpital qui inquiète la préfecture. Le service de réanimation est plein. Trois lits supplémentaires ont été ouverts et des transferts de patients vers l'hôpital de Tours sont envisagés. “On a un petit peu l’impression qu’on vit un jour sans fin et que chaque semaine apporte son lot de difficultés", décrit le Dr Isabelle Royant, responsable de l’unité Covid 2 dans les hôpitaux de Chartres. "L’arrivée du variant est telle qu’on a l'impression que les gens se contaminent quand même plus facilement aujourd’hui. Donc, on attend beaucoup de ces mesures".

La forte proportion du variant britannique, 74 % des cas, est préoccupante. "Ca n'exclut pas que si l'on continuait cette augmentation qui nous a frappé très rapidement en une semaine, que nous aurions à prendre des mesures encore plus restrictives", avertit Françoise Souliman, préfet d'Eure-et-Loir. Mais il reste un paradoxe. Ce n’est pas en ville, mais dans la zone la plus rurale du département, le Perche, que le taux d’incidence est le plus haut. Soit 370 pour 100 000 habitants.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info