Covid-19 : le défi de la vaccination

"J'aimerais pouvoir embrasser ma mère" : les résidents des Ehpad vaccinés contre le Covid mais confinés

Léa LUCAS
Publié le 22 février 2021 à 16h56
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

CORONAVIRUS - Jusqu'à trois quarts des résidents d'Ehpad ont reçu au moins une première dose de vaccin contre le Covid-19. Pour autant, les séniors restent toujours confinés et leurs familles soumises à des règles sanitaires strictes lors des visites.

Un seul tête-à-tête par semaine, sans étreinte, et parfois même derrière une vitre en plexiglas. C'est le triste rituel des familles de séniors en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) depuis environ un an. Le nombre croissant de vaccinations des résidents et du personnel n'y change rien. Les mesures sanitaires restent contraignantes. 

Et ces derniers le ressentent de plus en plus comme une brimade. "J'aimerais pouvoir embrasser ma mère, aller dans sa chambre pour avoir plus d'intimité" lors des échanges, confie le fils de Simone, 94 ans, dans le reportage de TF1 en tête de l'article. "Ce que j'espère c'est que grâce aux vaccins, ça se détende." 

Un espoir partagé par les proches des 70 autres résidents de l'Ehpad de Verquin (Pas-de-Calais), alors que 59 d'entre eux ont déjà reçu une deuxième injection de vaccin anti-Covid. "Ça devient très difficile car on a l'impression que malgré tous les efforts qu'on a faits, on est obligé d'en refaire et d'en refaire encore, sans en voir le bout", déplore la fille d'une résidente. 

Recul de 40% des contaminations

Des études soulignent pourtant un recul encourageant de moins 40% de nouvelles contaminations dans ces établissements. "La vaccination, qui porte ses fruits, va nous permettre d'alléger toutes les mesures mises en place pour les visites", rassure la directrice de l'Ehpad Saint-Camille à Verquin. "C'est vraiment un souhait des familles et des résidents. Certainement pas lever les mesures barrières dans un premier temps. Mais qu'on ne craigne moins [pour la santé, ndlr] des résidents et du personnel", ajoute-t-elle. 

Lire aussi

D'autres établissements, comme Lumière d'automne à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), pourraient également alléger les restrictions sanitaires à partir de début mars. Ces établissements attendent néanmoins la décision du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), qui n'a pas encore été saisi à ce sujet, ainsi que le feu vert de l'Agence régionale de santé (ARS). 


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info