CINQUIÈME VAGUE - La tension des services hospitaliers est surveillée de près par le gouvernement, qui pourrait annoncer de nouvelles restrictions ce lundi. Une équipe de TF1 s'est rendue à l'hôpital de la Timone, à Marseille.

Ce n'est pas encore un raz-de-marée, mais ça monte nettement. Dans le service de médecine générale de l'hôpital de la Timone, les patients traités pour des formes graves du Covid-19 sont de plus en plus nombreux. Tandis que la "cinquième vague" commence à déferler sur la ville, ses hôpitaux tiennent encore, mais voient arriver les limites de leurs capacités avec inquiétude, comme le montre le reportage de TF1 en tête de cet article.  

Dans une des chambres du service, l'équipe de TF1 a pu rencontrer un boulanger marseillais hospitalisé là depuis 13 jours pour une forme grave du Covid, comme on le voit dans le reportage en tête de cet article. Âgé de 51 ans, il est soulagé en continu par une machine à oxygène à haut débit.  "Je ne suis pas vacciné", raconte-t-il, "je ne croyais pas du tout à cette maladie. J’étais confiné dans ma boulangerie, du coup je me disais que ça ne pouvait pas m’atteindre"

Contaminé par un membre de sa famille, il est passé par des moments pénibles lorsque la maladie s'est déclarée. "Je regrette à 100%", affirme le boulanger, "si je pouvais revenir en arrière, je le ferais directement, pour ne pas vivre les trois semaines que j’ai vécues". Dans la chambre d'à côté, on aperçoit un homme de 36 ans, lui aussi non-vacciné, et qui a échappé de peu à une admission en réanimation.

Dès demain matin, on sera complets
Lucie Garnotel, infirmière

Dans tous les services de la Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), les effets de la "cinquième vague" épidémique commencent à se faire sentir. Une bonne partie des 24 lits du service de médecine générale accueillent désormais des patients Covid. "Ça se remplit assez rapidement", témoigne Lucie Garnotel. "Là on a encore des lits vides", prévient cette infirmière, "mais dès demain matin on sera complets, parce qu’on attend trois patients". 116 personnes sont actuellement soignées pour le Covid-19 dans l'ensemble des hôpitaux marseillais, alors que le pic de la vague n'est pas encore là.

"On est toujours sur une frange de la population qui n’est pas vaccinée", décrit le professeur Patrick Villani, "et qui fait des Covid graves, ainsi qu’une partie de population qui est vaccinée, mais depuis 5, 6 ou 7 mois, et qui nécessite quand même une hospitalisation". "C’est la conjonction des deux qu’on redoute", conclut le chef du service de médecine interne de la Timone.

Si les réanimations ne sont pas encore saturées, l’hôpital s’y prépare.  Certains patients de ce service de médecine générale, la plupart non vaccinés, devront bientôt être pris en charge en soins intensifs, d’ici à quelques jours ou quelques semaines.


F. Senneville | Reportage vidéo : B. Guénais et H.P. Amar

Tout
TF1 Info