Variant Delta : la France face à une quatrième vague

Covid-19 : la 4e vague fait vaciller les hôpitaux en Martinique

La rédaction de LCI
Publié le 22 juillet 2021 à 19h30
JT Perso

Source : TF1 Info

CATASTROPHE - En Martinique, l'épidémie se propage très rapidement, alors que la population de l'île est encore très peu vaccinée. Le transfert de patients vers la métropole est envisagé.

L'épidémie de Covid-19 s'est encore accélérée cette semaine en Martinique. Le nombre de cas positifs a doublé en sept jours et 68 lits d'hospitalisation covid ont été ouverts sur les neufs derniers jours. 

Face à la virulence de la quatrième vague, dont le pic est loin d'être atteint, les soignants sont débordés et doivent réaménager leurs services en urgence pour prendre en charge les patients.

Par conséquent, l'offre de soins pour les autres patients est mise à mal. Les opérations peuvent être reportées, les hospitalisations déprogrammées. "C'est au détriment des autres patients, d'autres pathologies chroniques où là, forcément, il y aura une prise en charge qui risque d'être un peu plus compliqué", regrette Sandrine Pierre-François, infectiologue au CHU de Fort-de-France.

Un très faible taux de vaccination

Cette situation alarmante est à relier avec la faible vaccination de la population martiniquaise. Selon l'ARS de cette région d'outre-mer, seulement 15,5% des plus de 12 ans ont leur schéma vaccinal complet. La proportion de personnes vaccinées est de 46,03% pour l'ensemble des Français. 

Parmi les soignants, pas plus de 20% ont réalisé leur vaccination, or ils ne sont pas épargnés par l'épidémie. "Si les agents sont malades ou contaminants, ça pose des difficultés de fonctionnement", souligne Philippe Casanova, chef du service de santé au travail du CHU, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. La direction a fait appel à la réserve sanitaire. Depuis le 12 juillet, 35 infirmiers sont arrivés en renfort. Mais cela risque de ne pas suffire.

Lire aussi

Si bien que malgré le problème technique que cela pose, le transport de patients vers d'autres hôpitaux commence à être envisagé. "On est en train d'essayer de voir si certains patients pourraient être pris en charge dans des hôpitaux métropolitains", explique Benjamin Garel, directeur général du CHU, même s'il rappelle : "Faire un vol transatlantique, c'est extrêmement compliqué, on a peur qu'il y ait des complications graves"

Malgré les dernières restrictions sanitaires, la situation pourrait en plus continuer à se dégrader avec l'arrivée du variant Delta, plus contagieux et pour le moment très peu présent sur l'île.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info