La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Covid-19 : pourquoi les chiffres repartent-ils à la hausse dans certains départements ?

TF1
Publié le 4 juin 2021 à 10h29, mis à jour le 4 juin 2021 à 10h38
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

INQUIÉTUDES - Dans certains départements, les chiffres repartent à la hausse. C'est le cas en Charente-Maritime, dans le Lot-et-Garonne, et surtout dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le taux d'incidence est monté en flèche en une semaine dans les Pyrénées-Atlantiques. Passant à 135 cas positifs au coronavirus pour 100.000 habitants (contre 81 une semaine plus tôt), il dépasse désormais la moyenne nationale, selon le dernier point hebdomadaire de Santé publique France, publié jeudi 3 juin. Le laboratoire Ax Bio Océan, à Anglet, n'avait pas connu une telle affluence depuis le début de l'année. Dans ce lieu, le nombre de tests positifs au coronavirus a en effet doublé en deux semaines. 

"Le taux de positivité  était très stable depuis la fin de l'année 2020, mais actuellement on voit une nette progression, malgré ce qui se passe ailleurs", observe une  biologiste de ce laboratoire du Pays basque. Cette évolution va en effet à l'encontre de la tendance nationale : le taux d'incidence a diminué dans toutes les régions, à l'exception de la Nouvelle-Aquitaine, toujours selon Santé publique France

Faible immunité des moins de 50 ans

Une progression due à la faible immunité des moins de 50 ans dans ce département des Pyrénées-Atlantiques, mais aussi un certain relâchement. "Devant les bars, le masque n'est quasiment jamais mis. La musique est à fond, tout le monde danse, serrés, sans masque",  confie une jeune femme assise en terrasse à Biarritz. Dans cette ville, le masque est obligatoire en centre-ville. Pourtant, nous avons croisé de nombreux visages découverts jeudi après-midi. Un laisser-aller qui inquiète.

Lire aussi

Les autorités sanitaires se veulent néanmoins rassurantes. Cinq personnes sont en réanimation dans le département. D'après le docteur Jean-Miguel Dravasa, médecin généraliste à Bassussarry, les formes graves sont de plus en plus rares. La vaccination pourrait contribuer à freiner cette progression. Près de la moitié de la population a déjà reçu une première dose dans les Pyrénées-Atlantiques.


TF1

Tout
TF1 Info