Le pass vaccinal, plus qu'un mauvais souvenir ?

Vaccin anti-Covid : "9 millions de Français n'ont pas encore reçu une 3e dose", alerte Olivier Véran

A Lo.
Publié le 25 janvier 2022 à 10h27, mis à jour le 25 janvier 2022 à 10h32
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Selon Olivier Véran, 9 millions de Français n'ont pas encore reçu leur 3e dose
Ils pourraient perdre leur pass vaccinal au 15 février s'ils ne la reçoivent pas d'ici là.
À partir de cette date, le délai entre la deuxième et la troisième injection passe de 6 à 4 mois maximum.

Au lendemain de la transformation du pass sanitaire au pass vaccinal, c'est une nouvelle date que le ministre de la Santé a tenu à rappeler. Interrogé sur la campagne de vaccination par Elizabeth Martichoux ce mardi, Olivier Véran a en effet insisté sur le fait que neuf millions de Français pourraient bientôt perdre leur pass vaccinal. "Il reste encore neuf millions de Français, qui à la date du 15 février, s'ils ne reçoivent pas d'injections de vaccin, pourraient perdre le bénéfice du pass. C'est beaucoup", a ainsi reconnu le ministre de la Santé.

En effet, à partir du 15 février, le délai entre la deuxième et la troisième injection passe de 6 à 4 mois maximum. Pour ne pas voir son pass invalidé à cette date, il faudrait donc avoir reçu sa deuxième dose après le 15 octobre. "Il y a des millions de créneaux qui sont disponibles sur tout le territoire national. Faites ce rappel, vous serez tranquille, n'attendez pas la dernière minute", a donc incité Olivier Véran. 

Une 3e dose efficace et qui protège

Cette mise en garde a également été l'occasion pour le ministre de rappeler le bénéfice de la dose de rappel. "On sait que ça protège et que c'est efficace. Si nous n'avions pas eu un taux de couverture vaccinale comme celui-ci, non seulement nous aurions eu encore plus de contaminations, parce que ça réduit quand le taux de contamination, mais surtout, on aurait débordé nos hôpitaux", a-t-il prévenu. 

Selon lui, le pass sanitaire aurait même eu un bénéfice économique puisque le PIB hebdomadaire aurait été 0,6 point plus bas, reprenant un chiffre donné par le Conseil d'analyse économique, permettant l'économie de "6 millions d'euros". Un outil efficace pour le gouvernement et dont il ne semble pas prêt de se passer pour le moment. Ainsi, si au 15 février, de nombreuses restrictions sont levées, cela ne sera pas le cas du fameux sésame. "Le pass vaccinal est un outil dont nous avons besoin", a de nouveau insisté Olivier Véran.

Si Olivier Véran a donc fortement encouragé les Français à réaliser sa troisième dose, il ne s'est pas positionné sur une éventuelle 4e dose. "Si cette injection permet de protéger les plus fragiles, nous le ferons. Si en revanche, on se rend compte qu'elle n'est pas nécessaire, nous ne la ferons pas", a promis le ministre, assurant que le gouvernement entendait un avis scientifique avant de prendre une décision.


A Lo.

Tout
TF1 Info