Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : à quel point les vaccins sont-ils efficaces face au variant Delta ?

Léa LUCAS
Publié le 29 juin 2021 à 10h30
JT Perso

Source : JT 20h WE

INQUIÉTUDES - Depuis son arrivée sur le sol français en avril dernier, le variant Delta préoccupe les autorités sanitaires, qui redoutent une moindre efficacité de la vaccination contre le Covid-19. On fait le point, chiffres à l'appui.

Selon les autorités sanitaires, le variant Delta pourrait représenter 90% des contaminations au Covid-19 en France d'ici à la fin de l'été. Considéré comme un "variant d'inquiétude" par l'Organisme mondial de la santé, il est scruté à la loupe par les scientifiques depuis plusieurs semaines. Alors qu'il est déjà majoritaire dans les Landes, ces derniers redoutent que ce variant - aussi appelé "indien"  - ne rende la vaccination inefficace et n'entraîne un rebond épidémique à l'automne prochain. 

Une vaccination complète (injection des deux doses) est supposée éviter à 90% de développer des symptômes en cas de contamination par la souche classique. Mais le variant Delta fait chuter cette proportion à 80% pour les sérums Pfizer/BioNTech et Moderna et à 60% pour AstraZeneca, d'après une étude britannique menée par Public Health England. Il a été observé que les vaccins anti-Covid sont "4 à 5 fois moins efficaces contre le variant Delta", confirme Thimotée Bruel, chercheur du laboratoire virus et immunité à l'Institut Pasteur, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Si le variant Delta augmente les chances d'une personne vaccinée de tomber malade, la vaccination semble toutefois permettre d'éviter les formes graves engendrées par le virus. "Heureusement après la deuxième injection, la quantité d'anticorps augmente. Son niveau est alors suffisant pour neutraliser dans les cellules la multiplication du variant Delta", assure le directeur du laboratoire, Olivier Schwartz. 

Info / Infox : le vaccin est-il vraiment inefficace contre le variant Delta ?Source : JT 20h WE
JT Perso

Preuve en est en Angleterre, où le variant est devenu majoritaire en l'espace de quelques semaines malgré la vaccination massive de la population. Parmi les patients hospitalisés, 65% étaient non-vaccinés, contre 10% de personnes ayant reçu deux injections. Alors que le voisin d'outre-Manche a repoussé la levée des restrictions sanitaires au 19 juillet par mesure de précaution, il n'enregistre que très peu de nouveaux décès, huit par jour en moyenne. "Il prend la place des autres variants, mais n'est pas létal comme cela a été supputé au début", souligne Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) à Paris et spécialiste santé de TF1 et LCI. 

Au même titre, la légère recrudescence des contaminations observée en Israël, dont 40% sont liées au variant Delta, est à relativiser. Sur ses 9 millions d'habitants - population la plus vaccinée au monde -  90 personnes seulement ont été infectées par le variant "indien" alors qu'elles étaient vaccinées, sur les 227 nouveaux cas recensés en 24 heures vendredi dernier.

Ce n'est pas un variant tueur.

Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP)

Dr Gérald Kierzek sur l’efficacité des vaccins sur le variant DeltaSource : Le 20h l'Edition Spéciale
JT Perso

Aussi, le variant Delta est certes plus contagieux que ses confrères venus du Brésil ou encore d'Afrique du Sud, mais "ce n'est pas un variant tueur", martèle Gérald Kierzek. Il tente simplement de déjouer les défenses immunitaires, plus coriaces chez les vaccinés. "Plus les individus sont immunisés, plus le virus essaie de contourner la difficulté", conclut le spécialiste. Face à une montée en puissance inévitable du variant Delta partout en Europe, les autorités sanitaires appellent à accélérer la vaccination, ainsi qu'à redoubler de vigilance entre les deux injections. 


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info