Variant Omicron : la planète en état d'alerte

Variant Omicron : les contrôles aux frontières sont-ils réellement efficaces ?

TF1 | Reportage F. Agnès - B. Dard - P. Marcellin
Publié le 8 décembre 2021 à 14h13, mis à jour le 8 décembre 2021 à 14h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'essentiel

EXPLICATIONS - La France tente de ralentir l'arrivée du variant Omicron sur le territoire national en contrôlant les voyageurs venus d'Afrique australe. Mais ces contrôles suffisent-ils ? C'est ce qu'ont voulu savoir nos vérificateurs.

Depuis que l'Afrique du Sud a signalé l'apparition du nouveau variant Omicron, le 24 novembre, la liste des nations suspendant les vols en provenance d'Afrique australe, voire d'autres régions du globe, s'allonge. Imposer des restrictions aux voyageurs permet de réduire un peu la circulation du virus et de ses variants. Mais ces mesures empêchent-elles pas l'épidémie de se propager ? 

En déplacement à Roissy samedi 4 décembre, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s'est voulu rassurant : "Nous mettons en place un système drastique de contrôle aux frontières pour réduire au maximum le risque d'arrivée du variant Omicron", a-t-il déclaré. Ainsi, pour en avoir le cœur net, notre équipe a voulu vérifier auprès de passagers. 

Face au variant Omicron, les conditions de voyages vers la France se durcissent, y compris pour les voyageurs vaccinés. 10 pays sont dorénavant classés dans la catégorie "rouge écarlate", les tests sont renforcés. Ainsi, pour tous les voyageurs qui viennent de l'extérieur de l'Union européenne, vacciné ou non, un test négatif de moins de 48 heures va être exigé. Au sein de l'Union européenne, en revanche, pas de test au retour pour les détenteurs d'une preuve de vaccination. Pour ceux qui ne sont pas vaccinés, c'est un test de moins de 24 heures qu'il faudra dorénavant présenter. 

De fait, en arrivant d'un pays classé rouge écarlate, par un vol direct, les touristes font tous un test antigénique et reçoivent une notification de dix jours de quarantaine. Négatifs, Léa et Sacha, sollicités dans notre sujet, sont isolés chez eux. Comme vous pouvez le constater dans le reportage en tête de cet article, ils nous ont envoyé ces photos pour dénoncer la prise en charge à l'aéroport.

Quid des promesses sanitaires ?

Aussi, quel isolement pour les cas positifs ? Jean-Charles et Lydie nous ont envoyé cette vidéo de l'un des hôtels où les autorités confinent les cas positifs. Un étage réservé, aucun contact, deux appels de police chaque jour... La promesse sanitaire est là, mais cela a coûté au couple 1 825 € pour une chambre de 10m².

Et pour les voyageurs passés par des pays tiers ? Nous avons échangé avec Neil qui est parti de Johannesburg et qui a transité par Amsterdam où il n'a fait aucun test. Aucun test non plus lors de son transit à Roissy, aucune consigne de la part de l'État ou d'Air France. Malgré tout, Neil et sa femme ont décidé de leur propre initiative de s'isoler chez eux.