Covid-19 : le défi de la vaccination

4e dose ouverte aux plus de 80 ans : vers une généralisation ?

Audrey LE GUELLEC
Publié le 14 mars 2022 à 13h17
JT Perso

Source : TF1 Info

Jean Castex a annoncé que les plus âgés, comme les plus vulnérables, pourront bénéficier d'un second rappel à partir de ce lundi.
À court terme, cette énième injection ne devrait pas être élargie en population générale.
Mais l'hypothèse de rappels vaccinaux saisonniers, comme pour la grippe, est régulièrement évoquée.

La quatrième de dose de vaccin sera-t-elle prochainement étendue à toute la population ? Face au léger rebond de l'épidémie de Covid, Jean Castex a annoncé samedi l'ouverture de la quatrième dose de vaccin "aux plus de 80 ans ayant reçu leur dose de rappel depuis plus de trois mois", mais aussi aux personnes immunodéprimées. Cette mesure doit permettre de mieux protéger ces publics "confrontés à une perte d'immunité", a précisé le Premier ministre dans une interview au Parisien.  

Si l'injection d'une seconde dose de rappel était envisagée de longue date pour les personnes les plus fragiles face au virus, sa généralisation au reste de la population suscite pour l'heure davantage de réserves.

"Un effet contre-productif"

Fin janvier, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) avait en effet jugé qu'une telle hypothèse n'est pas justifiée à ce stade. En dehors des personnes de plus de 80 ans et des personnes immunodéprimées, les données actuelles ne montrent pas de "bénéfice individuel significatif", estimait alors le COSV, arguant par ailleurs que "l'intérêt collectif (...) apparaît tout autant limité à court-terme", puisqu'un deuxième rappel ne concernerait actuellement qu'une "cible restreinte à environ 3 millions de personnes".

Par ailleurs, une quatrième dose généralisée pourrait avoir "un effet contre-productif", mettait en garde l'instance, car elle "pourrait être interprétée comme un signal d'inefficacité de la vaccination par l'opinion et ainsi induire un risque de désengagement à l'égard d'une vaccination perçue comme trop fréquente".

"Pas un très bon vaccin"

Quelques semaines plus tôt, au sujet de cette quatrième dose, Sylvie Briand, directrice de l'OMS des risques épidémiques et pandémiques, avait expliqué au micro de LCI, que pour échapper à ce second rappel en population générale, il faut "espérer qu'un bon système immunitaire conservera ses anticorps plus longtemps." 

Mais à la même période, le Pr Eric Caumes, infectiologue à l'Hôpital Hôtel-Dieu, à Paris, se montrait plus sceptique quant à la durée de l'immunité permise par la vaccination et notamment le rappel. "Evidemment qu'il y a une déception, il faudrait vraiment ne pas y voir clair pour ne pas être déçu (par le vaccin). Avec certains vaccins, vous faites une primovaccination vous êtes protégé toute la vie, là au bout de six mois votre protection tombe à 50% avec omicron si vous ne faites pas le rappel", détaillait-il ainsi en janvier sur LCI, concluant que l'actuel vaccin anti-Covid "ce n'est pas un très bon vaccin et surtout, c'est éphémère"

Et d'insister : "C'est pas une durée de protection qui se chiffre en années, ça ne se chiffre même pas en mois (...) en dehors de la grippe puisque c'est un virus qui mute, il n'y aucune autre situation où on est obligé de renouveler un vaccin à un rythme pareil". Prenant l'exemple des Israéliens "en avance là-dessus", ce dernier estimait alors que "s'ils se mettent en ordre de marche pour cette 4e dose, ce n'est pas pour rien". Pour rappel, l'état hébreu autorise cette quatrième dose, pour les plus fragiles, depuis début janvier, à l'instar du Danemark et de l'Espagne depuis la mi-janvier, mais aussi de l'Allemagne depuis le 3 février ou encore de la Hongrie et du Chili.

"Effet cumulatif de protection des anticorps"

"Plus vous faites de doses de rappel, plus vous allez, à chaque fois, augmenter (la durée de protection), c'est connu en immunologie", a déjà eu l'occasion d'expliquer de son côté le Dr Robert Sebbag, infectiologue à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière (Paris) à LCI. Pour certains vaccins, "vous faites un rappel au bout d'un mois, deux mois, puis cinq ans, dix ans", rappelait-il. "Il y a un effet cumulatif de protection des anticorps." 

Nombre de scientifiques ont d'ailleurs déjà évoqué ces derniers mois, la forte probabilité qu'il faille en passer par un rappel saisonnier à l'instar de ce qui se pratique déjà pour la grippe notamment. "Sur la durée, ce virus, on va le garder probablement des dizaines d'années, mais il ne va pas se comporter de la même façon au fil du temps donc à un moment peut-être qu'il faudra faire des rappels", a par exemple expliqué le Pr Lina sur LCI avant de se projeter encore plus loin. "Ce que j'espère, c'est que dans quelques années ce virus deviendra un virus banal pour lequel il n'y aura plus besoin de vaccination du tout".

Lire aussi

Avec au total 54,25 millions de personnes ayant reçu au moins une injection (80,5% de la population totale), 53,32 avec un schéma vaccinal complet (79,1%) et 39,3 millions ayant reçu une dose de rappel, la protection en population générale reste, élevée en France, confortant l'hypothèse que la quatrième dose devrait rester réservée aux plus de 80 ans, au moins dans un premier temps.


Audrey LE GUELLEC

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info