Covid, bronchiolite, grippe : une triple épidémie inédite

VIDÉO - Doliprane pour enfants : la crainte de la pénurie

S.M
Publié le 6 décembre 2022 à 11h17
JT Perso

Source : TF1 Info

Le Doliprane pour enfant manque de plus en plus dans les tiroirs des pharmacies.
Dans un contexte de triple épidémie, la demande augmente, tandis que l'offre stagne.
Si les laboratoires démentent tout risque de pénurie, la production du médicament est de fait ralentie.

Difficile ces derniers jours de mettre la main sur du Doliprane pour enfants, en sirop ou sous forme de suppositoire, dans les pharmacies. Alors que l'hiver s'installe en même temps qu'une triple épidémie de grippe, bronchiolite et Covid, la demande en Doliprane pour enfants grimpe en France, tandis que l'offre stagne. 

Résultat : de nombreuses pharmacies sont à court de Doliprane pour enfants. Une tension qui s'explique par plusieurs facteurs, et ce, malgré les mesures prises par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) l'été dernier, et son appel à limiter la consommation de ce médicament, pour éviter justement une pénurie. 

Triple épidémie, problèmes d'approvisionnement et mouvement social

D'abord, la triple épidémie en cours, fait logiquement grimper la demande. Une demande en hausse à laquelle se heurtent des problèmes d'approvisionnement, en paracétamol - le principe actif du Doliprane - et sur les flacons en verres, ralentissent la production. À cela s'ajoute enfin les conséquences d'un mouvement social au sein du laboratoire français Sanofi, à Lisieux (Normandie), fin novembre. 

Lire aussi

Pour autant, dès le mois d'octobre, les laboratoires pharmaceutiques se voulaient rassurants, démentant tout risque de pénurie de paracétamol. Une affirmation partagée au même moment par l'ANSM, qui formulait alors, avec le Collège de la médecine générale et les syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO), des "recommandations afin de modérer l'utilisation de paracétamol", et permettre ainsi aux patients qui ont un besoin immédiat de pouvoir en bénéficier. 

Ils préconisaient ainsi aux pharmaciens de limiter, en l'absence de prescription, la dispensation à deux boîtes par patient. Autre recommandation, cette fois-ci à destination des médecins : ne pas prescrire de paracétamol aux patients qui n'en ont pas un besoin immédiat. 


S.M

Tout
TF1 Info