Covid-19 : ce que l'on sait du sous-variant XBB.1.5 qui inquiète aux États-Unis

S.M
Publié le 3 janvier 2023 à 8h18

Source : TF1 Info

En quelques semaines, XBB.1.5, un nouveau sous variant d'Omicron, s'est propagé très rapidement aux États-Unis.
Il représente déjà plus de 40% des contaminations, et est en passe de devenir majoritaire.
À l'origine de cette propagation : une mutation qui provoque un "échappement immunitaire".

Quasi inexistant il y a un mois, il est en passe de devenir majoritaire outre-Atlantique. Alors que les voyageurs en provenance de Chine sont au cœur de toutes les préoccupations, un nouveau sous-variant d'Omicron progresse et inquiète aux États-Unis. 

Baptisé XBB.1.5, ce sous-lignage du groupe Omicron représente déjà plus de 40% des contaminations dans ce pays, circulant surtout dans le nord-est des États-Unis, selon les données officielles, dépassant les autres sous-variants B.Q1.1 et BQ.1, présents en France. À l'origine de cette progression éclair : une mutation du virus, qui provoque ce que les scientifiques appellent un "échappement immunitaire". 

"Suspicion de gain de contagiosité"

Ce nouveau sous-variant "arrive à infecter plus facilement des personnes qui présentent déjà une immunité, donc celles qui ont été déjà infectées ou qui ont été vaccinées", explique sur LCI Mircea Sofonea, épidémiologiste au PCCEI, de l'Université de Montpellier. "En plus, il y a une suspicion de gain de contagiosité de ce sous-variant, qui se lie plus facilement aux cellules humaines", poursuit le chercheur de l'Inserm.  

XBB.1.5 est déjà présent en France, avec au moins 15 cas recensés sur le territoire. "Si un nouveau variant, quel qu’il soit, s’imposait en Europe, il serait responsable en France d’une 10e vague épidémique, avec un certain nombre de morbidités et de décès et donc d'une certaine pression sur le système hospitalier, mais sans commune mesure avec ce qu’on a connu auparavant", détaille sur LCI Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation de Lariboisière (Paris). En effet, les premières données sur la virulence de ce sous-variant sont plutôt rassurantes : il ne provoquerait pas plus de formes graves que les autres souches d’Omicron.


S.M

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info