La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Allègement du confinement : les soignants espèrent que les Français seront prudents

Publié le 25 novembre 2020 à 13h15, mis à jour le 25 novembre 2020 à 16h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'essentiel

REPORTAGE - Les mesures d'allègement annoncées par Emmanuel Macron laissent le personnel hospitalier perplexe, même si la situation s'améliore en réanimation. Il compte sur la prudence des Français.

Même si le pays a désormais franchi mardi la barre des 50.000 morts du Covid, la situation s'améliore dans les hôpitaux. Le nombre d'admissions continue en effet à baisser et les services de réanimation commencent à désemplir. A Montélimar (Drôme) ainsi, l'hôpital accueillait cinq patients par jour au plus fort de la deuxième vague. Désormais, c'est ce même nombre, mais par semaine. Et Emmanuel Macron a évoqué une campagne massive de vaccination qui pourrait commencer d'ici fin décembre ou début janvier. L'objectif étant de continuer à faire baisser le nombre de malades.

De bonnes nouvelles, mais le personnel hospitalier n'en sort pas indemne. Entre fatigue et anxiété, il a le sentiment que l'épidémie n'est toujours pas terminée. Il estime également que ses conditions de travail ne se sont pas améliorées. De ce fait, l'annonce d'un prochain déconfinement, même progressif, ne laisse personne indifférent. "On craint toujours, j'espère me tromper, une nouvelle vague après les vacances de Noël", confie le docteur Henri Osman. Le retour à une vie normale ne doit à ses yeux surtout pas être synonyme de relâchement.