Grève des médecins : "On travaille comme des fous, 55 heures par semaine en moyenne"

TF1 | Reportage Caroline Bayle, Régis Roiné
Publié le 27 décembre 2022 à 9h37

Source : JT 20h Semaine

La grève a été initiée ce lundi par un collectif de médecins, avant d'être suivie par les syndicats.
Elle témoigne d'un malaise profond dans la profession.
Alors pourquoi font-ils grève cette semaine particulièrement tendue ? Le 20h de TF1 s'est penché sur la question.

Ils avaient déjà crié leur détresse et fermé leurs cabinets deux jours début décembre. Ce lundi, des milliers de médecins libéraux cessent leurs consultations pour une semaine. Quelles sont leurs revendications ? Alors que l’hôpital craque, les médecins de ville manquent aussi de bras. 

"On n'arrive plus à tenir le rythme, on travaille comme des fous, 55 heures par semaine en moyenne", alerte dans la vidéo en tête d'article, Céline Bretelle, médecin généraliste et porte-parole Île-de-France du collectif Médecins pour demain. "On n'a pas de moyens et on ne peut pas prendre en charge les patients dans ce contexte", ajoute-t-elle.

Quelles sont leurs revendications ?

Pour attirer de nouveaux médecins, ils réclament une revalorisation de la consultation de base, de 25 à 50 euros, mais aussi 100% d’augmentation, pour embaucher une secrétaire ou un assistant et se libérer des tâches administratives, qui représentent 20% de leur temps.

Qui sont ces grévistes ? Le mouvement est né en dehors du syndicat, sur les réseaux sociaux, il y a trois mois. Le collectif Médecins pour demain compte plus de 20.000 adhérents. Ils redoutent la fin de la médecine de ville, car sur les 7000 euros nets qu’ils gagnent par mois, 20% sont des primes de l’assurance-maladie, s’ils font des gardes ou limitent l’arrêt de travail. Ils veulent donc plus de liberté, comme certains syndicats.

"On a des jeunes qui mettent dix ans pour être formés, dix ans à s'installer, tellement la profession a été rendue peu attractive. Et on a déjà une profession avec des gens de 55 ans de moyenne d'âge et ceux quio arrivent à la fin de leur exercice ne sont pas remplacés", affirme Jérôme Marty, président du syndicat UFML.

Pourquoi cette grève dans ce contexte tendu, en raison de la triple épidémie de bronchiolite-grippe-Covid ? Comme tous les cinq ans à cette période, les médecins libéraux sont en pleine négociation avec l'assurance-maladie et les mutuelles pour fixer leurs conditions d'exercice. S'ils ne sont pas entendus, les grévistes menacent de poursuivre leur mouvement. Une manifestation est prévue le 5 janvier.


TF1 | Reportage Caroline Bayle, Régis Roiné

Tout
TF1 Info