Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

VIDÉO - Le confinement a peut-être "empêché des conduites dangereuses", avance Didier Raoult

La rédaction de LCI
Publié le 26 mai 2020 à 22h53
JT Perso

Source : TF1 Info

ENTRETIEN - Interrogé sur l'efficacité du confinement, le professeur Didier Raoult s'est voulu prudent ce mardi 26 mai face à David Pujadas. S'il refuse de se prononcer sur cette décision "politique", il estime qu'elle a pu permettre d'éviter "la débâcle".

Certes "l'avenir est imprévisible", pour reprendre les mots de Didier Raoult, mais que dire du passé ? Interrogé sur LCI ce mercredi à propos de l'efficacité du confinement, l'infectiologue, qui n'a habituellement pas sa langue dans sa poche, s'est montré prudent. Considérant qu'il faut "atteindre la fin de la pièce, la fin du combat", le professeur ne veut pas tirer des "conséquences hâtives".

"La peur est terrible"

Jusqu'ici, le directeur de l'IHU Méditerranée Infection à Marseille ne s'était jamais prononcé sur la question. Et pour cause, le professeur estime qu'il était "très difficile" de connaître l'efficacité d'une telle stratégie. "Les épidémies sont des maladies d'écosystème dans lequel tous les éléments comptent." Impossible, donc, selon lui, de se baser sur nos pays voisins pour construire une solution adéquate, "même si l'environnement et l'écosystème apparaissaient équivalent". 

Lire aussi

Seule certitude pour le grand défenseur de la chloroquine, c'est que la gestion de l'épidémie est liée au nombre de tests réalisés. "Ce sont eux qui permettent d'isoler les gens soit individuellement, soit collectivement." Seulement, il y a "visiblement" eut une pénurie au moment où une telle stratégie était nécessaire. "Tout comme il y a eu une pénurie de tout", a dénoncé le professeur. 

Mais au-delà de ces traditionnelles critiques, le professeur marseillais a tout de même tenu à saluer un certain intérêt de cette "décision politique". Mais pas pour les raisons qu'on imaginerait. Lui y voit une bonne manière de lutter contre la panique, soit ce dont "il a le plus peur", confie-t-il. "Si le confinement a aidé à gérer la peur, alors c'était une très, très bonne décision politique." Ainsi, si cette hypothèse s'avérait vraie, cette mise en quarantaine de la population a pu "empêcher des conduites dangereuses", tels que des mouvements de départs, "évitant la panique". Cependant, tout comme ce n'était pas à lui de prendre cette décision, ce n'est "pas à [lui] de la juger". 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info