Covid-19 : le défi de la vaccination

Le cri d'alarme des médecins en Occitanie

Publié le 1 août 2021 à 20h07
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les professionnels de santé en Occitanie lancent un appel d'urgence à la population qui n'est pas encore vaccinée pour ralentir le rythme de l'épidémie dans cette région très touristique. Les hospitalisations y ont été multipliées par dix en un mois.

Il règne ici comme un sentiment de lassitude. À Muret en Occitanie, l'appel à la vigilance de l’ARS est presque passé inaperçu. "Je pense qu'il ne faut pas trop abuser non plus dans le sens où les gens en ont tellement marre. Tu vois à la télé les spots : faites-vous vacciner. C'est bon, on le sait", note une habitante.

En Occitanie, tous les départements ont dépassé le seuil d'alerte. En Haute-Garonne et dans l'Aude, le taux d'incidence avoisine les 500 cas pour 100 000 habitants. Il est même de 600 dans l'Hérault et les Pyrénées-Orientales. Une classe d'âge est particulièrement touchée : "la tranche des 20-30 ans. Nous sommes à des taux jamais vus aujourd'hui en Occitanie qui frôlent les 1 200 cas pour 100 000 habitants. Ce qui est extrêmement élevé", explique Thierry Cardouat, directeur départemental de l'Agence régionale de santé (ARS).

Selon l’ARS, cette augmentation s'explique d'abord par la présence de nombreux touristes et par le brassage des populations. La situation inquiète, le nombre d'hospitalisations pour Covid a été multiplié par dix en un mois. Samedi, 130 patients atteints du virus se trouvaient en réanimation. Soulagement dans la pharmacie Ropars à Auterive. De nouveaux tests arrivent enfin. "On va pouvoir continuer les tests antigéniques. Là, on en a 1 000", indique la pharmacienne Anouchka Gilles.

Pour faire face à cette quatrième vague, la région multiplie les campagnes de dépistage et de vaccination. Mais ce vaccinodrome peine à convaincre les plus sceptiques et subit chaque jour de nombreux désistements. "Sur 1 200, on a à peu près 100 personnes qui ne viennent pas, mais qui se sont quand même inscrites. En plus, ils prennent de la place, donc on ne peut pas les remplacer", déplore Geneviève Ladet, superviseur du centre de vaccination à Muret. Pour toucher un nouveau public, les autorités de santé misent désormais sur des vaccinations directement dans les quartiers et sans rendez-vous.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info