La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Le pass sanitaire est-il vraiment efficace ?

Publié le 25 juillet 2021 à 20h03
JT Perso

Source : JT 20h WE

Nombre de spécialistes confirment que le pass sanitaire n'exempte pas les gestes barrières. D'autant que plusieurs foyers de contamination ont été détectés dans des lieux où le pass est déjà entré en vigueur comme les boîtes de nuit. Comment l'expliquer ?

Le pass sanitaire ou à défaut un test négatif est un passage obligé pour rentrer en boîte de nuit et danser sans masque. C'est à ces seules conditions que ces établissements ont pu rouvrir le 9 juillet. "Je préfère en fait être dur comme ça à l'entrée que de refermer, d'avoir un cluster à l'intérieur", martèle Julien, responsable de la discothèque "Naho Club" à la Garde (Var). Mais ces règles draconiennes n'ont pas empêché la survenue de clusters en France : 80 contaminations dans une discothèque à Lille, 44 dans les Vosges ou encore une trentaine d'adolescents dans un camping en Corse, malgré leurs pass sanitaires. Est-il donc suffisant face au variant delta, extrêmement contagieux dans les lieux clos ?

Selon le Dr Jean-Pierre Thierry, conseiller médical chez France Assos Santé, "Le pass sanitaire permet de diminuer les risques de contaminations, mais il ne les élimine pas complètement". Les tests, par exemple, même ceux de moins de 48 heures, ne peuvent garantir à 100% l'absence d'une contamination et c'est pareil avec les vaccins. "Même des gens vaccinés depuis peu peuvent avoir des Covid asymptomatiques. Alors, ils seront beaucoup moins contagieux. Néanmoins, ils peuvent passer le virus à d'autres personnes", poursuit le médecin.

Mardi dernier, le ministre de la Santé a autorisé par décret l’abandon du masque dans les cinémas ou les théâtres pour toute personne munie d'un pass sanitaire. Mais pour le Conseil scientifique, il est urgent de remettre en place les gestes barrières, un peu oubliés comme la distance physique et surtout le port du masque en intérieur. Ces précautions permettraient de faire baisser de 20% les hospitalisations à venir.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info