Le WE

Le modèle vertueux des Ehpad publics landais : "On est là pour nous occuper des personnes âgées et rien d’autre"

Emilie Roussey | Reportage vidéo V. David, F. Thommen, J. Gardet
Publié le 19 avril 2022 à 11h35, mis à jour le 19 avril 2022 à 12h23
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le scandale des Ehpad Orpea a révélé des manquements du groupe privé dans la gestion de ses établissements.
Dans les Landes, la grande majorité des Ehpad sont publics, et les prix plafonnés.
Un cadre qui permet à des personnes âgées de bénéficier d’un encadrement à un prix raisonnable.

C’est un scandale qui a fait grand bruit. Les graves manquements de certains Ehpad Orpea révélés par le livre-enquête Les Fossoyeurs de Victor Castanet ont montré les limites de la privatisation de ces établissements. Quelques mois après, TF1 est allé dans les Landes, où la plupart des Ehpad sont publics depuis les années 1990. Un choix couteux pour le contribuable, mais qui a aussi fait ses preuves. 

Comme à Sabres, où Suzanne vit au Centre Intercommunal d’action social avec son mari et une soixantaine d’autres résidents. La femme de 85 ans décrit avec joie les petites attentions des animatrices à son égard, des gestes dignes d’une maison de retraite haut de gamme. Pourtant l’établissement ne fait pas de profit sur le grand âge. 

"Quand on a un euro, on le dépense au profit des usagers et des résidents, des professionnels qui travaillent, (…) on est là pour nous occuper des personnes âgées et rien d’autre", assure dans le reportage en tête d'article Christophe Deyris, le directeur général de l’établissement. 

Un financement pour les plus démunis

Grâce au statut public des établissements, le prix de l’hébergement est plafonné à 1800 euros par mois, soit 200 euros de moins que la moyenne nationale. Et le département aide aussi les familles qui n’ont pas les moyens de payer ces établissements. 

À Morcenx-La-Nouvelle, près de la moitié des résidents de l’Ehpad bénéficient de cette aide sociale. Sans elle, Augustin 67 ans, lourdement handicapé, n’aurait jamais pu avoir une place dans cet établissement situé près de la maison de sa sœur, Cathy, qui lui rend visite tous les jours. "Il a une petite retraite de 670 euros, le reste c’est le département qui le règle", explique-t-elle avant de poursuivre : "Pour nous c’est un grand soulagement et c’est ce qui permet à Augustin d’être là aujourd’hui."

Lire aussi

Outre le prix, l’établissement dispose aussi d’un plus grand nombre de personnels. Même si l’établissement cherche depuis de nombreux mois un médecin, il compte neuf professionnels pour trois résidents, soit trois de plus que la moyenne française. "Si on avait plus de médecins, que tout était bien cadré, ça arrangerait les patients et nous, ce serait plus sécurisé", témoigne Marthe, l’infirmière. 

10% du budget départemental

Ces maisons de retraite publiques ont tout de même un coût pour le contribuable. "Ça représente à peu près 10% du budget du département", selon le président PS des Landes Xavier Fortinon. "Le cœur des politiques des départements c’est de s’occuper des personnes les plus vulnérables, il faudra de toute façon, quoi qu’il arrive qu’on se concentre toujours sur ce cœur de cible",  argumente-t-il. 

Le budget landais pour les Ehpad est deux fois plus important que la moyenne des autres départements français, et revient ainsi à 200 euros par an par foyer fiscal.   


Emilie Roussey | Reportage vidéo V. David, F. Thommen, J. Gardet

Tout
TF1 Info