Moustiques tigres : une large partie de la France en alerte rouge

V. Fauroux -|Reportage vidéo Céline Blampain, Brice Gereys
Publié le 12 mai 2022 à 17h04

Source : JT 13h Semaine

C'est une des conséquences de la météo estivale de ces derniers jours : le retour du moustique tigre.
64 départements sont en alerte rouge.
Notamment le Rhône, où le JT de TF1 est allé observer les mesures prises par des communes.

Il est apparu en France il y a une quinzaine d'années. Depuis, le moustique-tigre, ou Aedes albopictus, a largement proliféré et est à présent détecté dans 64 départements. Le Rhône est notamment en alerte rouge. "C'est une catastrophe. On ne peut pas rester manger dehors parce qu'on est envahi de moustiques", se plaint ainsi une habitante de Meyzieu, une commune proche de Lyon, dans la vidéo du JT de TF1 en tête de cet article. 

Il faut dire que le moustique tigre se développe à 80% chez les particuliers, particulièrement dans les eaux stagnantes des jardins. Du coup, la commune mise sur des agents comme Violaine Bonnefoux pour sensibiliser la population à sa présence. Dotée d'une plaquette d'information, elle indique aux riverains les différents sites que la femelle va privilégier pour venir pondre. 

Des actions de démoustication

Originaire d'Asie, cette espèce invasive peut transmettre des maladies comme la dengue ou le chikungunya. "C'est une espèce qui pique beaucoup plus que les autres, d'où les nuisances beaucoup plus fortes ressenties par la population", explique Violaine Bonnefous, avant de montrer à une habitante la présence d'un bac de décantation sous un regard. "Il faudra s'assurer qu'il n'y a pas d'eau dedans", prévient la spécialiste. 

Le principal conseil de prévention qu'elle prodigue : éviter les eaux stagnantes, supprimer les coupelles inutiles et recouvrir les récupérateurs d'eau de pluie avec une moustiquaire. "J'espère que ça va fonctionner. Après, la prévention, c'est toujours utile", lance un habitant. En complément de ces conseils aux habitants, certaines communes mènent aussi des actions de démoustication, comme le souligne Pierre Marmonier, le maire de Colombier-Saugnieu. "On fait un traitement biologique deux fois par an sur les étangs", dit-il. 

Depuis quatre ans, la commune dépense chaque année 2 500 euros pour lutter contre les moustiques. "Par exemple, dans les cimetières, on dit aux gens de faire attention s'il y a de l'eau dans les coupelles où il y a les pots de fleurs. On va mettre des seaux de sable à disposition", poursuit l'édile. 

Et pour limiter les désagréments, il est aussi recommandé de porter des vêtements longs et d'utiliser des répulsifs cutanés.


V. Fauroux -|Reportage vidéo Céline Blampain, Brice Gereys

Tout
TF1 Info