Le WE

Ne plus exiger le port du masque en extérieur est-il prématuré ?

V. F
Publié le 25 avril 2021 à 22h01
JT Perso

Source : JT 13h WE

PRÉVENTION - A mesure que la vaccination s'accélère et que les connaissances sur le virus progressent, certains s'interrogent sur l'utilité du port du masque à l'extérieur. Dans certains pays, il n'est d'ailleurs plus obligatoire, et même en France, certaines villes ont sauté le pas. N'est-ce pas trop prématuré ?

Pour certains habitants de Caen, profiter d'un beau dimanche ensoleillé, ça passe par le retrait du masque pour mieux bronzer ou discuter au bord de l'eau. Il faut dire que l'obligation de le porter à l'extérieur ne fait plus l'unanimité. "Moi, je ne le supporte pas", lance ainsi un riverain. "Je pense que quand on est assez éloigné les uns des autres, c'est inutile", renchérit un autre passant.

Certaines préfectures et mairies ont dernièrement franchi le pas. Par exemple à Tarascon-sur-Ariège (Ariège). Avec un taux d'incidence en baisse, moins de 100 cas pour 100 000 habitants, le village impose toujours le masque au marché et aux abords des écoles, mais plus dans les rues. Ce qui ravit là-aussi les habitants : "Cela me fait énormément plaisir parce que j'en avais ras le bol de toutes ces mesures", se félicite l'un d'entre eux.

Ce n'est pas en croisant quelqu'un dans la rue qu'on a un risque de contamination.

Docteur Gérald Kierzek

Même libération à l'étranger. Comme en Australie ou encore en Israël où le port du masque à l'extérieur n'est plus obligatoire depuis la mi-avril. Mais là-bas, la moitié de la population est vaccinée, alors est-ce vraiment un modèle à suivre en France ? La réponse est "oui" pour le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) à Paris. "On sait maintenant que les contaminations sont par voie aérienne, respiratoire, dans les aérosols. Il faut comparer ça à une fumée de cigarette. On voit que le nuage se disperse tout de suite, c'est exactement la même chose avec les aérosols de coronavirus, donc ce n'est pas en croisant quelqu'un dans la rue qu'on a un risque de contamination", dit-il. 

Pour d'autres experts, il est encore trop tôt. "Lever trop vite l'indication du port du masque à l'extérieur peut entraîner un relâchement également à l'intérieur. On peut se retrouver avec des gens qui n'auront plus de masques sur eux et qui vont aller faire des courses en oubliant de mettre le masque", explique de son côté l'infectiologue Benjamin Davido. 

La plupart des scientifiques estiment en tout cas que la levée de l'interdiction se fera par étapes en fonction des zones et des risques d'exposition au virus.


V. F

Tout
TF1 Info