Plus d'un Français sur trois souffrirait du bruit, notamment parce qu'ils habitent près d'une route.
Pour y faire face, de plus en plus d'installations sont mises en place.
Une équipe de TF1 vous livre un aperçu de ces solutions qui existent.

Ils sont synonymes de nuisance pour plus de 25 millions de Français, à la ville comme à la campagne. Pour se protéger des bruits routiers, les murs acoustiques se présentent comme une alternative de plus en plus répandue. Mais sont-ils vraiment efficaces ?  

Pour se faire un avis, une équipe de TF1 a fait appel à Bastien Gonfond, directeur général de l'entreprise Filea, spécialisée dans la lutte contre les problèmes de bruit à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Les clients chez qui il intervient dans le reportage en tête de cet article ont décidé de faire construire un mur de 22 mètres de long, pour un coût total de 13.000 euros. Verdict ? A l'extérieur du mur, le spécialiste enregistre 65 décibels, soit un niveau sonore considéré comme fatigant. Derrière le nouveau mur, c'est près de quinze décibels en moins, soit une réduction sonore de 30 à 40%. 

En ville, certaines collectivités, comme Martigues, ont également opté pour cette option. Mais Anne-Marie, qui vit dans un immeuble à proximité de l'ouvrage de 450 mètres, ne juge pas la solution miraculeuse.  Malgré le mur anti-bruit de 450 mètres, elle ne peut toujours pas regarder la télévision les fenêtres ouvertes. D'autres comme Paris misent elles aussi sur l'innovation en optant pour un revêtement phonique qui génère moins de bruit et en absorbe plus mais coûte 10 à 20 % plus cher qu'un enrobé classique. "Il a permis de réduire de l'ordre de 2 à 3 décibels le bruit de roulement, notamment la nuit c'est très intéressant", souligne Fanny Mietlicki, directrice de Bruitparif.

Sur une route départementale des Yvelines, à Saint-Lambert, la solution pour réduire le bruit est la dissuasion. Des instruments appelés "capteurs méduse",  semblables des radars sonores, permettent d'alerter les conducteurs trop bruyants, grâce à des mesures précises du phénomène. Si ces appareils ne vous verbalisent pas, cela pourrait arriver dès l'année prochaine.


La rédaction de TF1 Reportage - Kelvin Jinlack, Hippolyte Riou Du Cosquer, Julien Clouzeau

Tout
TF1 Info