Covid-19 : le défi de la vaccination

Pass sanitaire conditionné au rappel pour les plus de 65 ans : "absolument indispensable", juge le Pr Eric Caumes

I.N.
Publié le 10 novembre 2021 à 9h52
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

RESTRICTION - Le président de la République a annoncé mardi soir que les personnes de plus de 65 ans qui ne feraient par leur dose de rappel vaccinal seraient privées de pass sanitaire à compter du 15 décembre. "Nous attendions cette annonce depuis quelque temps", réagit le Pr Éric Caumes sur LCI.

Une annonce présidentielle qui satisfait les professionnels de santé. Invité d'Élizabeth Martichoux ce mercredi, le Pr Éric Caumes, infectiologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), est revenu sur les nouvelles mesures sanitaires contre le Covid-19. La veille, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé conditionner le pass sanitaire à la dose de rappel pour les plus de 65 ans à compter du 15 décembre. "Cette annonce était absolument indispensable, c'est bien de l'avoir fait", juge Éric Caumes sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "Nous l'attendions depuis quelque temps."

L'infectiologue espère désormais que cette annonce permettra d'augmenter le rythme d'injection des doses de rappel. "Lorsqu'il avait introduit le pass sanitaire (le 12 juillet), cela s'était traduit par une explosion des demandes de vaccination", rappelle le Pr Caumes. "Nous espérons que le même phénomène va se produire."

Une troisième dose pour tous ? "Plus nous attendons, moins ce sera indispensable"

Selon les données de Doctolib, l'effet d'annonce semble déjà là. Durant l'heure qui a suivi l'allocution du chef de l'État, 100.000 rendez-vous pour une dose de rappel ont été réservés sur la plateforme. "Beau succès, c'est un excellent avocat de la vaccination", réagit le Pr Caumes, qui note que "ce rappel est absolument indispensable." "Il y a évidemment le bénéfice collectif d'éviter de saturer les hôpitaux, mais le but individuel de cette dose de rappel est d'éviter d'être très malade, d'entrer à l'hôpital et en réanimation."

Mardi soir, Emmanuel Macron a également annoncé l'ouverture de la troisième dose, à compter du 1er décembre, aux 50-64 ans, sans la conditionner au pass sanitaire pour le moment. Mais pas à l'ensemble de la population éligible au vaccin. "Plus nous attendons, moins ce sera indispensable, car plus les personnes auront rencontré le virus", estime Éric Caumes, qui ne plaide pas pour un élargissement de la mesure dans l'immédiat. "Il faut prioriser, et la priorité, ce sont les personnes fragiles."