Le WE

Âge, pesticides, modes de vie : pourquoi l'infertilité progresse en France

TF1 | Reportage Joséphine Devambez, Maud Gatineau
Publié le 30 mai 2022 à 17h55
JT Perso

Source : JT 13h WE

Alors que l'âge moyen de la maternité est passé de 24 ans dans les années 80 à 30 actuellement, le problème de l'infertilité semble de plus en plus présent.
Un phénomène qui paraît s'accentuer aujourd'hui en France.
De plus en plus de couples ont en effet recours à la fécondation in vitro pour avoir un enfant.

Sur scène, le comédien Marc Arnaud dédramatise son histoire personnelle : la naissance de sa fille par fécondation in vitro. Un véritable marathon médical pour l'artiste et sa femme et qu'il raconte au théâtre. Il utilise ainsi la scène et l'humour pour dédramatiser le tabou qui entoure encore, en France, l'infertilité.  

Un phénomène qui semble s'amplifier dans l'Hexagone alors qu'un couple sur quatre, soit plus de trois millions de Français, rencontre des difficultés à concevoir un enfant.

Des modes de vie en cause

Le premier facteur expliquant les difficultés des couples à concevoir est l'âge. Alors que dans les années 80, les femmes accueillaient leur premier enfant, en moyenne, à 24 ans, l'âge moyen de la maternité est aujourd'hui passé à 30 ans. Pourtant, dès la trentaine, le taux de fécondité des femmes diminue. Par ailleurs, l'infertilité masculine augmente. Dans les années 70, on comptait près de 100 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme. Aujourd'hui, c'est moins de la moitié. Selon une méta-analyse publiée en 2017 par l’épidémiologiste Shanna Swan, la concentration de spermatozoïdes a ainsi baissé de 50 % en moins de 40 ans chez les hommes d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Australie.

De plus en plus souvent, la fécondation doit être réalisée en laboratoire. La professeure Boitrelle, andrologue dans les Yvelines, explique que ce processus est utilisé lorsque la fécondation in vitro est impossible. "On injecte un spermatozoïde dans un ovocyte quand les hommes ont des soucis de concentration spermatiques et que le nombre de spermatozoïdes n'est pas suffisant pour pouvoir faire une fécondation in vitre classique", détaille-t-elle dans notre reportage en tête de cet article. Mais le processus est long et n'aboutit qu'une fois sur trois, alors que l'andrologue prend en charge plus de 2000 couples par an. 

Les causes de notre infertilité croissante sont également à chercher dans notre panier de courses. Les pesticides dans les fruits et légumes, les perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques ou encore l'excès de viande rouge sont autant de facteurs qui expliquent la difficulté de certains à concevoir. 

La sédentarité augmente également l'infertilité des hommes. Ainsi, dans les couples, l’infertilité provient pour 30 % des femmes, pour 30 % des hommes ou des deux (30 %), 10 % à 15 % des infertilités restant toujours à ce jour "inexpliquées".


TF1 | Reportage Joséphine Devambez, Maud Gatineau

Tout
TF1 Info