La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Pourquoi le confinement le week-end est-il prolongé dans les Alpes-Maritimes ?

Publié le 10 mars 2021 à 20h11, mis à jour le 11 mars 2021 à 10h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

REPORTAGE - Une promenade des Anglais déserte le week-end à Nice, face à des quais de Seine bondés et évacués par les forces de l'ordre à Paris. Qu'est-ce qui justifie cette différence de traitement ?

Les Niçois profitent encore du soleil, avant de devoir une nouvelle fois se confiner ce week-end, le troisième d'affilé. Dans les Alpes-Maritimes, le nombre de cas positifs est en baisse depuis deux semaines. En baisse, certes, mais à un niveau quasiment deux fois plus élevé que celui de Paris. Plus il y a de cas, plus les hôpitaux se remplissent. À Nice, le taux d'occupation en réanimation est de 80%. Il est donc trop tôt pour alléger les restrictions. "Les effets du confinement ne se verront pas avant au moins quinze jours, surtout pour les lits de réanimation. Il faudra attendre", nous explique le professeur Carole Ichai, cheffe du service réanimation du CHU de Nice.

À quelques kilomètres de là, à Cannes, le centre hospitalier a dû prendre en charge treize patients de Nice ces dernières semaines. Mais il doit désormais transférer des malades vers d'autres régions. L'Île-de-France compte actuellement 1 052 patients en réanimation, et s'approche désormais du pic de la deuxième vague atteint mi-novembre en plein confinement. Elle va devoir procéder à des évacuations dans les jours qui viennent. Le nombre de personnes en réanimation pour 100 000 habitants est même plus important à Paris que dans les Alpes-Maritimes. Alors, pourquoi aucune restriction supplémentaire n'est prise dans la capitale ?


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info