Des chercheurs ont mis au point un dispositif qui permet à un patient paralysé des jambes de marcher avec un déambulateur.
Plusieurs implants ont été posés à la surface de son cerveau et dans sa moelle épinière.
Regardez le reportage du 20H de TF1 sur cette première mondiale.

Il a toujours rêvé de remarcher, c'est désormais possible. Il y a 12 ans, Gert-Jan Oskam a été victime d'un accident de vélo qui a entraîné une lésion de sa moelle épinière et l'a empêché de retrouver l'usage de ses jambes. Jusqu'à ce que des chercheurs suisses lui proposent de tester une technologie révolutionnaire. 

L'Américain a alors accepté de se faire poser deux implants à la surface de son cerveau, et un autre sur sa moelle épinière. Un dispositif qui lui permet aujourd'hui de se lever de son fauteuil roulant, et de marcher grâce à un déambulateur. "Je dois dire par la pensée que je vais faire un pas, alors le système est capable de récupérer cette information et de stimuler mes jambes, et je marche", explique-t-il dans le reportage de TF1 ci-dessus.

Une activité cérébrale captée par des algorithmes

En effet, dès qu'il pense à lever une jambe, cette activité cérébrale est captée par des algorithmes. Cela entraîne une stimulation pour activer ses jambes. "En 300 à 400 millisecondes, toutes ces opérations doivent se faire, d'une manière extrêmement précise, robuste et sans échec, sinon il tomberait", abonde Grégoire Courtine, neuroscientifique à l'école polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse. "Quand on le voit marcher tout est très fluide, tout a l'air très naturel."

Cette prouesse technologique a été en partie développée par des chercheurs grenoblois. Il leur a fallu dix ans de travail pour créer ces implants cérébraux et ces algorithmes ultra sensibles. "On a pu montrer que nos algorithmes étaient suffisamment précis pour arriver à avoir ce niveau de finesse permettant de décoder autant d'articulations", explique Guillaume Charvet, responsable du programme Interface cerveau machine à Clinatec à Grenoble.

Ils sont tellement précis que même en restant concentré sur la marche, Gert-Jan peut penser ou faire tout autre chose. "Le décodage peut vraiment distinguer la parole de la marche, sans qu'il tombe en parlant", se réjouit Jocelyne Bloch, neurochirurgienne à l'université de Lausanne.  

Les progrès de Gert-Jan ont stupéfait les chercheurs. Ils comptent alors miniaturiser le dispositif pour que leurs patients puissent à terme marcher sans déambulateur. 


Emilie ROUSSEY

Tout
TF1 Info