Variant Delta : la France face à une quatrième vague

Brassage de population et manque d'immunité collective : les cas flambent sur le littoral

AL
Publié le 20 juillet 2021 à 9h45
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

FLAMBÉE DES CAS - Les derniers chiffres publiés par Santé publique France confirme une forte recrudescence des cas dans certains départements français, principalement le long des côtes du pays. Nous vous expliquons pourquoi.

Gironde, Bouches-du-Rhône, Haute-Corse… en pleine période estivale, 37 départements français voient leur taux d’incidence dépassé le seuil d'alerte, fixé à 50 cas pour 100.000 habitants. Au niveau national, il s'établit désormais à 63.

Dans les Alpes-Maritimes par exemple, le seuil est largement dépassé puisqu'il est de 133,6 cas pour 100.000 habitants. Une hausse des cas qui se retrouve principalement dans les départements situés sur les littoraux, de la Méditerranée à la façade atlantique.

Une flambée forte chez les jeunes

Cette flambée est particulièrement forte chez les jeunes où un relâchement du respect des gestes barrières est constaté. En Pyrénées-Orientales par exemple, le taux d'incidence pour la tranche d'âge des 20-29 ans était de 1149 cas positifs sur sept jours pour 100.000 habitants la semaine dernière. C'est quatre fois plus que le reste de la population. 

"On essaie de profiter quand même et de faire la fête, on ne va pas s'arrêter pour ça", assure un jeune vacancier. Même constat pour un groupe d'amies qui profite de la plage à Argelès-sur-mer, dans les Pyrénées-Orientales : "Le masque, ils en ont marre. Sortir au restau, en boîte... on veut tout faire normalement comme avant".

Pour l'épidémiologiste Yves Buisson, cette recrudescence de cas au sein de cette tranche de la population n'est pas étonnante. "Très souvent, ils sont asymptomatiques. Donc ils ne se sentent pas infectés. Il est tout à fait normal qu'il y ait cette circulation qui s'accroît très très rapidement parce que c'est un virus extrêmement contagieux. Et on va le voir se répandre sur toutes les zones de vacances", explique le professeur et membre de l'Académie Nationale de Médecine.

Un brassage des populations alors que le variant Delta se propage

Le brassage des populations en saison estivale alors que le variant Delta se propage très rapidement sont d'autres raisons qui expliquent cette flambée de l'épidémie sur le littoral. Si bien que des mesures plus restrictives ont dû être prises. Dans les Pyrénées-Orientales depuis dimanche soir, les bars et les restaurants doivent fermer à partir de 23 heures. Sur la plage d'Argelès-sur-Mer, des messages de prévention sont diffusés : "Nous vous demandons de respecter quelques gestes simples". 

En Charente-Maritime où le taux d'incidence est de 145,4 cas pour 100.000 habitants, à partir de mardi, le port du masque en extérieur redevient obligatoire dans 45 communes touristiques comme à l'Île de Ré ou La Rochelle. La consommation d’alcool sur la voie publique est également interdite afin d'éviter les regroupements. Des mesures similaires seraient à l'étude dans l'Hérault où la barre des 200 cas pour 100.000 habitants a été dépassée.

Lire aussi

Sur la côte atlantique, une autre raison pourrait expliquer la hausse des contaminations. Lors des premières vagues, la région de la Nouvelle-Aquitaine a été très peu touchée par la propagation de l'épidémie. L'immunité collective était donc beaucoup plus basse. La progression de la vaccination dans la région tendrait cependant à réduire l'importance de ce facteur.


AL

Tout
TF1 Info