Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Que sait-on sur les contaminations à l’école ?

Publié le 10 novembre 2020 à 20h12, mis à jour le 10 novembre 2020 à 23h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'épidémie a aussi des conséquences sur notre système scolaire. Plusieurs syndicats avaient appelé à la grève ce mardi. Mais sait-on combien d'élèves ont été contaminés ? Combien sont tombés malades ? Ont-ils contaminé à leur tour d'autres personnes ?

De nombreux enseignants sont en grève ce mardi pour réclamer plus de moyens, plus de personnel pour faire appliquer les protocoles sanitaires. Selon les chiffres officiels, il n'y avait que 9% de grévistes dans le primaire, 10% dans le collège. Les syndicats, eux, revendiquent 45% de grévistes dans les collèges.

Mais que sait-on sur les contaminations à l'école ? L'Éducation nationale a recensé 3 528 élèves contaminés en fin de semaine dernière. Cela tient uniquement compte des cas déclarés aux établissements par les Agences régionales de santé. Santé publique France en relève 7 fois plus, 25 630, mais il s'agit de tous les Français de 0 à 19 ans, testés positifs, y compris ceux qui ne sont pas scolarisés. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une infime partie des 12 millions d'élèves entre 0,03 et 0,20%, selon les sources.

Les cas sont-ils plus nombreux depuis la rentrée ? Un graphique de l'Éducation nationale montre des chiffres plutôt stables. On note même une baisse ces dernières semaines. Le professeur Robert Cohen, pédiatre et infectiologue à l'hôpital de Créteil en Val-de-Marne, se veut donc rassurant. L'école n'est pas le principal foyer de contamination. "On a un enfant positif, 8 à 9 fois sur 10, c'est qu'il a été contaminé par un des membres de la famille, le plus souvent un parent, qui était positif avant eux", a-t-il expliqué.


Les enfants sont-ils contaminants ? 50 à 70 % d'entre eux ne présentent aucun symptôme, ne toussent même pas et seraient donc moins contagieux. "Même si le risque est divisé par deux ou trois pour les enfants, ça fait encore beaucoup. Donc, il faut être extrêmement prudent", a souligné le professeur Cohen. Selon lui, le protocole sanitaire renforcé est nécessaire en cette deuxième vague pour limiter la circulation du virus.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info