C'est un espoir pour les huit millions de Français qui souffrent d'obésité.
Un nouveau médicament, déjà disponible aux États-Unis, a montré une certaine efficacité.
Un peu plus de 7000 patients français ont pu le tester en avant-première, dont Marie-Hélène qui pesait 120 kilos.

Une nouvelle génération de traitements à l'efficacité sans équivalent face à l'obésité nourrit les espoirs de millions de malades dans le monde. Mis au point par le laboratoire danois Novo Nordisk, le Wegovy est considéré comme le fer de lance d'une révolution thérapeutique. Basé sur la molécule sémaglutide, ce médicament imite une hormone secrétée par les intestins (GLP-1 pour la nommer) qui stimule la sécrétion d'insuline et réfrène l'appétit en procurant une sensation de satiété.

En d'autres termes, il agit comme un coupe-faim. Ce nouveau traitement a été approuvé en 2021 aux États-Unis pour les personnes obèses et celles en surpoids souffrant de comorbidités, comme un diabète de type 2, un haut taux de cholestérol ou de l’hypertension. En France, le Wegovy a obtenu une autorisation de mise sur le marché contre l'obésité, mais le niveau de son remboursement fait encore l'objet de négociations. 

En attendant, il a déjà été prescrit dans une procédure dite d'accès précoce. Marie-Hélène fait partie des 7000 patients qui ont reçu ce nouveau traitement pour la perte de poids, avant même sa commercialisation en France. Avec un stylo injectable, elle s'administre elle-même le produit chaque semaine. En un peu moins de deux ans, elle a perdu 30 kilos. "Ça a changé ma vie ! Quand on fait plus de 120 kg, il y a des choses de la vie quotidienne qui sont très dures à faire", raconte-t-elle, dans la vidéo de TF1 ci-dessus. 

Dans un monde où 4 milliards de personnes pourraient être obèses à l’horizon 2035, les géants de l'industrie pharmaceutique se livrent une course effrénée pour trouver le traitement le plus efficace. Un médicament du laboratoire Eli Lilly, basé sur un autre molécule, a été commercialisé sous le nom de Zepbound fin 2023 aux États-Unis. Pfizer cherche à mettre au point un traitement similaire avec des comprimés à avaler chaque jour. Et ce n'est que le début.

On n’est pas sur un médicament qui va permettre de perdre trois kilos avant d’aller se mettre en maillot sur la plage
e

Si ces nouveaux médicaments sont présentés comme une révolution, nombre de médecins s'inquiètent d'un usage sauvage de ces traitements, qui ne sauraient être considérés comme des médicaments magiques. Les professionnels de santé insistent sur le fait que ces traitements nécessitent d'être intégrés à une prise en charge globale de l'obésité.  "Un médicament, c’est fait pour être utilisé dans une maladie. On n’est pas sur un médicament qui va permettre de perdre trois kilos avant d’aller se mettre en maillot sur la plage. Ils peuvent aussi avoir des effets secondaires, provoquer des nausées, des vomissements, des troubles digestifs", rappelle le Dr Emmanuelle Lecornet-Sokol, présidente de la Fenarediam (Fédération française des endocrino-diabétologues), dans la vidéo. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info