Santé : téléconsultation, est-ce la solution à la campagne ?

par La rédaction de TF1info | Reportage Erwan Braem, Christophe Brousseau
Publié le 7 novembre 2022 à 13h16, mis à jour le 7 novembre 2022 à 16h22

Source : JT 13h Semaine

À partir de ce lundi, votre pharmacien pourra vous injecter les onze vaccins obligatoires, mais il faudra quand même une ordonnance du médecin.
À ce propos, pourquoi les portes de téléconsultations ont-elles autant de mal à se populariser ?
À l'heure des déserts médicaux, cette pratique pourrait être une des solutions pour une population abandonnée par les médecins.

Il suffit de franchir la porte pour consulter un médecin à distance. À Roquefort (Landes), en zone rurale, une cabine de téléconsultation est en service depuis six mois. Elle permet d'accéder rapidement à une ordonnance, un premier avis médical, ou l'avis d'un spécialiste comme un dermatologue. 

"J'ai déjà eu des patients qui sont venus nous voir avec des diagnostics graves, se souvient Serife Auberger Gaurel, pharmacienne, dans le reportage du 13h en tête de cet article. Et la question est, est-ce que s'ils avaient fait le rendez-vous six mois ou un an plus tôt, le diagnostic aurait été aussi grave ? "

2500 bornes en France

Avec sept consultations le mois dernier, la cabine est loin d'être rentable. Et même si elle coûte 600 euros par mois à la pharmacienne, celle-ci ne compte pas s'en passer. "Je me suis engagée avec une cabine de téléconsultation pour l’accès aux soins, donc ce sont mes patients qui en profitent. Et aujourd'hui, je n'ai pas de nouveaux patients parce que j'ai la cabine."

On compte 2 500 bornes cabines dans le pays, elles sont installées avec les aides publics, mais il y a toujours peu d'utilisateurs. Les habitants préfèrent consulter directement leur médecin. Pour autant, à Roquefort, on ne compte que deux médecins, avec un planning bien chargé. La faible fréquentation de la cabine ne surprend pas l'un des médecins : "Ce qu'il y a de fabuleux dans la médecine, c'est un examen clinique." Pour une de ses patientes, même avec un médecin compétent derrière la cabine, elle ne se sent pas prête à passer le pas.

Pour Denis Passerieux, médecin et responsable de la communauté professionnelle territoriale de santé des Landes, le système des cabines ne correspond pas aux attentes de la majorité des patients : "La santé en 2022, c'est une majorité de maladie chronique. Ce système de cabine ne correspond pas à ce grand chantier qu'est le traitement des maladies chroniques." En France, que ce soit médecin à distance ou cabine, la téléconsultation ne représenterait que 3,5% des actes de médecines générales.


La rédaction de TF1info | Reportage Erwan Braem, Christophe Brousseau

Tout
TF1 Info