En Islande, depuis des siècles, le cabillaud est un trésor national.
Les habitants le mangent, bien sûr, mais ils l'utilisent aussi pour soigner et pour d'autres usages.
Regardez ce reportage surprenant.

Son incroyable histoire lui colle à la peau et fait le tour du monde. Il y a trois ans, Pétur Oddsson, électricien islandais, prend une décharge de 20.000 volts sur une ligne à haute tension. Brûlé au troisième degré, il passe quatre mois dans le coma. Et aujourd'hui sur sa peau, des motifs font clairement penser à des écailles. Ce qui lui a sauvé la vie, se cache dans les eaux pures et froides de l'Atlantique nord : le cabillaud, l'un des poissons les plus pêchés au monde.

C'est un trésor islandais qui possède des vertus insoupçonnées. Et de la pêche à la découpe, la filière toute entière s'organise pour ne rien gaspiller. Dans une usine ultramoderne, les machines séparent les filets, destinés à l'alimentation, de la peau, autrefois jetée. Désormais, elle génère près de 5000 euros de recettes par jour.

Les peaux sont ensuite stérilisées et transformées en greffon dans un laboratoire. Nettoyage au scalpel pour retirer les écailles, le reste relève du secret industriel. À la fin, cela donne une sorte de pansement, qu'il suffira de mouiller et de placer sur la blessure. 

Ce poisson peut aussi être recyclé de la tête jusqu'aux arêtes pour fabriquer des luminaires à base de peau de cabillaud, des cuirs de poisson, des produits cosmétiques et des compléments alimentaires. 


La rédaction de TF1 | Reportage : Jean-Marie Bagayoko, Vincent Pierron, Sylvain Rolland

Tout
TF1 Info