La campagne annuelle de vaccination contre la grippe est ouverte depuis ce mardi 17 octobre.
Pour la première fois, les enfants de plus de deux ans et les adolescents y sont aussi éligibles, mais pas avec une prise en charge à 100%.
Voici tout ce qu'il faut savoir.

Eviter une saison aussi difficile que le tournant 2022/2023. C'est, pour les autorités sanitaires, le principal enjeu de la campagne annuelle de vaccination contre la grippe qui s'ouvre mardi en France.  "La vaccination contre la grippe saisonnière se déroule du 17 octobre 2023 au 31 janvier 2024", annonce l'Assurance maladie sur son site internet, rappelant que "la campagne sera menée conjointement à la campagne de vaccination contre le Covid-19".

Principale nouveauté cette année concernant le vaccin anti-grippe : les enfants de plus de deux ans et les adolescents y sont désormais éligibles, une décision recommandée par la Haute autorité de santé (HAS) et motivée par la lutte contre la propagation de la maladie. "C’est plutôt pour éviter la contamination dans les écoles qu’il est recommandé cette année de vacciner les petits. Les enfants entre eux se contaminent, puis contaminent les parents, et probablement les grands-parents aussi. Donc c’est plus pour une protection globale de la vaccination", explique dans le reportage de TF1 en tête de cet article la docteure Florence Lapica, médecin généraliste à Lyon.

La vaccination restepar ailleurs prioritaire pour certains publics, qui restent les mêmes que lors des années précédentes.

Qui peut se faire vacciner ?

Outre les enfants de 2 à 17 ans, la vaccination contre la grippe est recommandée pour les personnes de 65 ans et plus et

les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit leur âge. Les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques,  y compris les enfants dès six mois, et celles qui sont atteintes d'obésité massive (avec un indice de masse corporelle de plus de 40) sont également éligibles à la vaccination. Cette dernière est également recommandée pour les professionnels de santé, les aides à domicile et l’entourage d’enfant de moins de 6 mois à risque de complication grave de la grippe et aussi les enfants de 2 à 17 ans.

Derrière ces nouvelles recommandations concernant les publics concernés ? L'épidémie de grippe d'une "sévérité marquée" au cours de l'hiver dernier, avec quelque 14.000 hospitalisations et 1.500 décès liés à la grippe observés, rappelle un bilan publié ce mardi par l'agence Santé publique France. Si les plus de 65 ans ont été les plus touchés avec près de 90% des morts, les tranches d'âges plus jeunes ont été frappées à un degré inhabituel. 

Où se faire vacciner ?

Tous les patients éligibles à la vaccination, qu’ils soient prioritaires ou non peuvent se faire vacciner par un médecin ou une sage-femme et ce quel que soit leur âge âge. 

Les infirmiers et les pharmaciens sont pour leur part habilités à vacciner tous les patients de plus de 11 ans. A noter que les infirmiers peuvent aussi vacciner les patients de moins de 11 ans mais uniquement sur prescription médicale.

Quelle prise en charge ?

Comme lors des précédentes campagnes, la vaccination est entièrement prise en charge par l'Assurance maladie pour tous les publics habituellement ciblés et jugés prioritaires, notamment tous les plus de 65 ans.

S'agissant des enfants et adolescents nouvellement éligibles, le vaccin ne sera remboursé qu'aux deux tiers.

Quid de la double vaccination grippe-Covid ?

Pour éviter la triple épidémie de l’hiver 2022-2023 (grippe, Covid et bronchiolite du nourrisson), les autorités sanitaires recommandent une double vaccination grippe-Covid. Elles précisent à ce titre qu’il "n’y a pas de délai minimal à respecter entre une vaccination contre la grippe et une vaccination contre le Covid-19". Le cas échéant, les deux injections peuvent être réalisées en même temps, mais dans un bras différent.

Il était initialement prévu que les deux campagnes soient lancées en même temps, mais celle contre le Covid a été avancée de deux semaines, à avoir au 2 octobre, du fait de la poursuite de l'épidémie au moment de la rentrée de septembre. 

Pour rappel, au cours de l'hiver dernier, plusieurs épidémies (grippe, Covid et, chez les bébés, bronchiolite) s'étaient combinées venant surcharger des hôpitaux déjà en crise. En plus d'avoir commencé très tôt, en novembre, l'épidémie de grippe avait duré très longtemps, avec une deuxième vague qui était venue la relancer début 2023.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info