La France face à une 3e vague d'ampleur

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Publié le 13 avril 2021 à 11h41, mis à jour le 13 avril 2021 à 12h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

INQUIÉTUDES - Le variant brésilien inquiète particulièrement les scientifiques. Il fait des ravages dans son pays d'origine depuis plusieurs semaines. Comment faire pour qu'il ne se propage pas en France ? Les arrivées en provenance du Brésil sont-elles contrôlées ?

C’est un variant qui inquiète au plus haut point les autorités françaises. Encore rare sur notre sol, le variant brésilien fait l’objet d’une surveillance accrue dans les aéroports de l’Hexagone, notamment à celui de Roissy-Charles de Gaulle. Ainsi, à chaque atterrissage, les passagers en provenance du Brésil sont séparés des autres voyageurs et sont escortés jusqu’à des tentes spécifiques, dans lesquelles un test antigénique leur est imposé, avant un isolement en cas de résultat positif.

"S'ils ont un domicile déclaré sur le territoire national, notre préfecture déléguée délivre un arrêté d'isolement de dix jours sur l'adresse qu’ils ont déclaré ou simplement on leur trouve un hôtel sur la plateforme, qui est à leur charge, dans lequel ils s’isolent pendant la durée nécessaire", indique au micro de TF1 Cécile Aerdeman, commissaire de police du service du contrôle transfrontière de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Ces contrôles renforcés ont été mis en place alors qu’un test PCR négatif reste obligatoire au départ, tout comme l’existence d’un motif impérieux et l’engagement à s’isoler pendant sept jours à l’arrivée sur le sol français. Le but de toutes ces mesures est de freiner la progression du variant brésilien en France, ce dernier ayant engendré une situation hors de contrôle au Brésil, avec près de 4000 morts par jour.

Ce variant semble davantage résister aux vaccins dont nous disposons actuellement

Christian Bréchot, président de Global Virus Network

Pour le moment, deux vols directs arrivent chaque jour du Brésil avec une cinquantaine de personnes seulement qui entrent en France, les autres poursuivant leur voyage. Interrogé sur LCI à ce sujet, le ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari justifie le maintien de ces vols par "le droit" : "Le Conseil d’Etat nous a dit que les ressortissants français et les résidents en France, au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir."

En Europe, seul le Portugal a suspendu ses vols avec le Brésil. Contrairement au variant britannique, le variant brésilien inquiète fortement les professionnels de santé, à l’instar du professeur Christian Bréchot, président de Global Virus Network (GVN) et ancien président de l’Inserm et de l’institut Pasteur. "Dans les données qu'on a, oui ce variant semble davantage résister aux vaccins dont nous disposons actuellement", indique ce dernier au micro de TF1.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info