Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : bénin pour l'homme ?

Publié le 20 mai 2022 à 20h29, mis à jour le 20 mai 2022 à 22h54
JT Perso

Source : JT 20h WE

Après l'Espagne, le Royaume-Uni, le Portugal, le Canada et les États-Unis, un premier cas de variole du singe a été détecté en Île-de-France. Une maladie aux manifestations impressionnantes, mais qui reste bénigne dans la plupart des cas.

L'alerte prend de l'ampleur depuis début mai. Dans plusieurs pays d'Europe comme aux Etats-Unis et au Canada, des cas de variole du singe ont été confirmés. En France, un premier malade a été recensé aujourd'hui en région parisienne.

Qu'est-ce que la variole du singe ? Il s'agit d'une maladie infectieuse d'abord détectée chez ces animaux. Le virus circule essentiellement en Afrique de l'Ouest. Des cas en Europe ont déjà été détectés par le passé, mais ces derniers étaient importés. Ce qui n'est pas forcément le cas aujourd'hui. "Le premier cas au Royaume-Uni, c'est une personne qui revenait du Nigeria. Pour les autres, effectivement, ça semblait être des transmissions locales. C'est la première fois qu'on a autant de cas en dehors du territoire africain", a indiqué India Leclercq, enseignante et chercheuse au cellule d'intervention biologique d'urgence à l'Institut Pasteur. Des investigations sont en cours pour comprendre d'où viennent ces infections.

Quels sont les symptômes de la maladie ? D'abord, de la fièvre, de douleurs musculaires auxquelles s'ajoutent des boutons, notamment sur le visage. La transmission de la maladie se fait d'abord de l'animal à l'homme via des singes ou des rongeurs malades au contact de leurs peaux par exemple. Mais elle peut aussi se faire d'un homme à un autre lors d'échanges très rapproché et prolongé.

Alors, doit-on craindre une épidémie d'ampleur ? Difficile à croire, car l'infection se diffuse moins vite que beaucoup d'autres. "Elle n'a pas la capacité de transmission et de contagiosité d'autres maladies virales comme la grippe ou la Covid-19. Mais il faut quand même la prendre en considération parce que le taux de mortalité est beaucoup plus élevé", a prévenu Pr Yves Buisson, épidémiologiste et membre de l'Académie nationale de médecine. Dans la grande majorité des cas, la maladie se guérit spontanément. Elle peut aussi être évitée grâce à un vaccin contre la variole. L'Espagne s'apprête à en commander plusieurs milliers.

TF1 | Reportage M. Verron, N. Clerc


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info