Cette caméra peut filmer jusqu’à 5000 milliards d’images par seconde !

Claire Cambier
Publié le 6 mai 2017 à 17h22
Cette caméra peut filmer jusqu’à 5000 milliards d’images par seconde !
L'essentiel

INNOVATION – Des chercheurs de l’université suédoise de Lund ont développé la caméra la plus rapide du monde. Leur petit bijou peut filmer une action qui ne dure que 0.2 milliardième de seconde. Pas de quoi révolutionner vos films de vacances, mais un formidable bond en avant pour la recherche scientifique.

Qu’il s’agisse de celle de votre téléphone portable ou de celle utilisée pour le JT du 20 heures, une caméra enregistre généralement 25 images par seconde. Suffisant pour reproduire ce que l’homme voit à l’œil nu. Mais dans le cadre d’études scientifiques, comme celles portant sur une réaction chimique ou un phénomène biologique tels que des éclairs de plasma ou une explosion, les chercheurs ont besoin de bien plus de détails. Et les progrès technologiques ne cessent de repousser les limites. La dernière en date : une caméra à haute vitesse de capture qui permet d’enregistrer jusqu’à 5000 milliards d’images par seconde. Une révolution surnommée FRAME (Frequency Recognition Algorithm for Multiple Exposures) qui nous vient de l’université de Lund en Suède.

Rien de mieux qu’une image pour visualiser ce que cela représente. Dans la vidéo ci-dessous, les chercheurs suédois ont capturé avec leur nouvelle caméra une lumière, c’est à dire une collection de photons, qui passe à travers l’épaisseur d’une feuille de papier. En réalité, ce phénomène durant un milliardième de seconde, l’œil humain ne s’en aperçoit même pas. Avec leur nouvelle invention, le rendu a été étiré pour durer 3 secondes, de quoi décortiquer toutes les phases.

Le but est bel est bien de capturer des phénomènes scientifiques très rapides pour pouvoir être en mesure de mieux les comprendre, comme des réactions chimiques ou l’activité cérébrale d’animaux. "Aujourd’hui, le seul moyen de visualiser des événements aussi rapides est de photographier des images statiques du processus", explique Elias Kristensson, le chef de projet, dans un communiqué. "Vous devez ensuite tenter de répéter l’expérience à l’identique pour fournir plusieurs images statiques qui pourront ensuite être montées en vidéo. Le problème avec cette approche, c’est qu’il est presque improbable qu’un processus soit identique si l’on répète l’expérience."

Leur camera FRAME fonctionne différemment et ouvre donc la place à un large panel de possibilités. L’engin ne prend pas une suite d’images les unes après les autres, il utilise un algorithme pour capturer plusieurs images codées au même instant et les retranscrit en vidéo. 

Elias Kristensson et son partenaire de recherche Andreas Ahn prévoient d’utiliser leur camera FRAME pour filmer une combustion à un niveau moléculaire. Le but : créer des machines plus performantes et moins énergivores. Car "à long terme, notre technologie pourra aussi être utilisée par le secteur de l’industrie", raconte le chef de projet.