Espace : après son alunissage sur le nez, le vaisseau japonais Moon Sniper a fini par se réveiller

Publié le 29 janvier 2024 à 18h41

Source : TF1 Info

Près de dix jours après son alunissage historique, l'engin robotisé envoyé par le Japon a pu reprendre ses opérations.
L'agence spatiale nippone avait été obligée d'interrompre son alimentation électrique, en raison d'un problème avec ses panneaux solaires.

Le module lunaire japonais Moon Sniper a fini par se réveiller et a repris ses opérations scientifiques. "Nous avons réussi à établir la communication avec SLIM et avons repris les opérations !", a déclaré, dans la nuit de dimanche à lundi, l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (Jaxa) sur le réseau social X. Dans les heures qui ont suivi son alunissage historique, le 19 janvier dernier, l'équipe de la mission SLIM avait été contrainte de couper son alimentation électrique, en raison d'un problème avec ses panneaux solaires.

En raison d'un souci moteur dans les dernières dizaines de mètres de sa descente, le petit module lunaire japonais s'était posé de manière inclinée, sur le nez. Par conséquent, ses cellules photovoltaïques orientées vers l'ouest ne recevaient pas la lumière du soleil. Il est finalement revenu à la vie pendant le week-end "probablement parce que la production d'énergie de sa batterie solaire a repris alors qu'il était exposé à la lumière du soleil", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'agence spatiale nipponne.

L'agence spatiale nipponne a posté ce lundi une photographie prise par le module montrant le rocher baptisé "Toy Poodle", sur le sol lunaire.
L'agence spatiale nipponne a posté ce lundi une photographie prise par le module montrant le rocher baptisé "Toy Poodle", sur le sol lunaire. - JAXA, RITSUMEIKAN UNIVERSITY, THE UNIVERSITY OF AIZU

"Nous avons immédiatement commencé les observations scientifiques" avec la caméra embarquée, a indiqué l'agence spatiale nipponne,  qui a également posté une photographie prise par le module, montrant le rocher baptisé "Toy Poodle" ("Jouet de caniche", en français), sur le sol lunaire. Le module lunaire doit procéder à l'analyse de plusieurs roches qui ont été sélectionnées par l'équipe scientifique de la mission. Celles-ci sont censées provenir du manteau lunaire, la structure interne du satellite naturel de la Terre, qui est encore très mal connue. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info