EN DIRECT - Artemis 1 : le lancement encore reporté pour des raisons de sécurité

Publié le 3 septembre 2022 à 7h07, mis à jour le 3 septembre 2022 à 18h28

Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune a de nouveau été annulé au dernier moment samedi.
La Nasa n'a pas réussi à résoudre un problème de fuite de carburant au moment du remplissage des réservoirs de la fusée.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

UNE NOUVELLE FENÊTRE DE LANCEMENT ?


Suite à la nouvelle annulation du lancement de la fusée Artémis 1, le directeur de la Nasa, Bill Nelson a expliqué que les équipes chargées de l'organisation de la mission allaient se réunir pour déterminer s'il y a encore une possibilité de lancement "maintenant" ou si la navette doit quitter le pas de tir pour être ramenée au hangar. 


"S'ils décident que c'est le cas, alors ça sera un lancement en octobre", a annoncé Bill Nelson, dans un point presse de la Nasa. Par ailleurs, si une fenêtre de lancement s'ouvre début octobre, selon lui, le lancement ne sera effectif que mi-octobre. En effet, début octobre, un lancement est déjà programmé pour l'ISS.

LE LANCEMENT DE LA FUSÉE DE NOUVEAU REPORTÉ


Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune a de nouveau été annulé au dernier moment samedi, pour la deuxième fois en moins d'une semaine, a indiqué la Nasa, qui n'a pas réussi à résoudre un problème de fuite de carburant au moment du remplissage des réservoirs de la fusée.


Le lancement pourra être reporté à une date ultérieure, mais les équipes de la Nasa devront analyser toutes les données avant de se prononcer sur une nouvelle date. La mission test Artémis 1, sans équipage à bord, doit marquer le début du grand programme spatial américain de retour sur la Lune, avec pour but d'y établir une présence durable, permettant ensuite de s'en servir comme tremplin vers Mars.

PANNE


Les ingénieurs sont encore à l'œuvre pour dépanner "la déconnexion rapide qui relie le système au sol à la fusée", indique la Nasa sur Twitter. 

ALTERNATIVE


En cas de nouvel empêchement aujourd'hui, le décollage pourrait éventuellement être reprogrammé à lundi ou mardi. Il faudrait ensuite attendre le 19 septembre au plus tôt, en raison des positions de la Terre et de la Lune.

UN ORDINATEUR DE BORD INTELLIGENT


[REDIFF] Les chercheurs ont installé à bord de la capsule Orion, un assistant vocal basé sur une technologie améliorée d'Alexa, l'intelligence artificielle d'Amazon.

PETITS SOUCIS


Selon la Nasa, une fuite retarde actuellement le remplissage du réservoir d'hydrogène liquide. "Les équipes ont cessé de faire couler de l'hydrogène liquide dans la fusée, car une fuite a été détectée dans la cavité du moteur", indique l'agence spatiale. Le processus peut prendre jusqu'à quatre heures, a déclaré la NASA, citée par CNN.


Le départ pourrait être retardé. Aux alentours de 14 heures, le réservoir d'oxygène était rempli à 33% et celui d'hydrogène liquide à 2%. Après avoir été interrompu, le remplissage reprend petit à petit, d'où un possible retard du lancement de la fusée, prévu jusqu'à présent à 20h17 (heure de Paris).

ÇA SE PRÉPARE


Le décollage de la fusée SLS est prévu à 14h17 heure locale, soit 20h17 en France, et reste possible au cours des deux heures qui suivent en cas de besoin. 


Le feu vert a été donné par la Nasa en fin de matinée pour démarrer le remplissage des réservoirs.

ON VOUS DIT TOUT

DEUXIÈME ESSAI


Après une première tentative ratée en début de semaine, la Nasa va réessayer ce samedi de faire décoller sa méga-fusée vers la Lune, pour une mission test qui doit lancer son nouveau programme phare, Artémis, cinquante ans après le dernier vol d'Apollo.


Des dizaines de milliers de spectateurs espèrent que leur attente sera récompensée par un impressionnant spectacle : la fusée orange et blanche SLS, dont ce sera le baptême de l'air depuis le pas de tir 39B du centre spatial Kennedy, en Floride, est la plus puissante du monde.


Le décollage est prévu à 14H17 heure locale (20h17 en France), et reste possible au cours des deux heures qui suivent en cas de besoin.


Les conditions météo sont favorables à 60% au début de cette fenêtre de tir, puis s'améliorent peu à peu jusqu'à 80%.

À QUAND LE DÉCOLLAGE ?


Un décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune est toujours possible vendredi, a estimé un responsable de la Nasa, peu après l'annulation du lancement lundi à cause de problèmes techniques.  


"Nous gardons l'option de vendredi", a déclaré lors d'une conférence de presse Mike Sarafin, en charge de la mission Artémis 1 à la Nasa, sans vouloir s'avancer davantage. Il a indiqué que les équipes reprendraient leurs analyses dès mardi afin d'avoir une meilleure idée du temps nécessaire pour régler les problèmes survenus. 

THOMAS PESQUET


Un report de lancement qui serait lié à un problème de refroidissement d'un moteur, confirme Thomas Pesquet. L'astronaute français s'était rendu sur place pour assister au tir de la Nasa.

DÉCOLLAGE ANNULÉ 


Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune a été annulé lundi à cause d'un problème technique sur l'un des moteurs principaux de l'engin, a indiqué la Nasa dans son direct vidéo, reportant de facto d'au minimum quelques jours ce lancement, qui doit marquer le début du grand programme spatial américain de retour sur la Lune, Artémis.


La prochaine date de lancement possible est vendredi 2 septembre, puis le 5 septembre. Mais le problème devra d'abord être évalué par les équipes de la Nasa avant de déterminer une nouvelle date.

RETARD CONFIRME PAR LA NASA


L'agence spatiale confirme que le lancement de la fusée est retardé à cause d'un problème sur un des moteurs, le n°3 du satellite.

EN 100.000 ET 200.000 SPECTATEURS 


Entre 100.000 et 200.000 personnes étaient attendues pour assister au spectacle, depuis l'aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy, en Floride, dont la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris.

Des centaines de personnes se sont déplacées pour assister au lancement de la fusée de la Nasa, pour sa mission de retour sur la Lune, lundi 29 août 2022.
Des centaines de personnes se sont déplacées pour assister au lancement de la fusée de la Nasa, pour sa mission de retour sur la Lune, lundi 29 août 2022. - Gregg Newton / AFP

LES DISCUSSIONS ENCORE EN COURS 


L'équipe hydrogène est toujours en discussion avec la directrice du programme Artemis I au sujet d, explique la Nasa dans son live vidéo, qui confirme que le départ sera retardé. Le compte à rebours est toujours arrêté à H-40 minutes. 

SÉRIE DE PROBLÈMES TECHNIQUES 


Le décollage sera probablement être retardé. Un retard "largement anticipé", a déclaré le commentateur du direct vidéo de la Nasa. La fenêtre de tir s'étend sur deux heures et laisse donc une marge de manœuvre. Un nouvel horaire n'a pas encore été déterminé.


Les réservoirs de la fusée -- la plus puissante du monde -- ont peu à peu été remplis de plus de trois millions de litres d'hydrogène et d'oxygène liquides ultra-froids. Mais le remplissage a commencé avec environ une heure de retard à cause d'un risque de foudre trop élevé au milieu de la nuit. Puis une fuite a entraîné une pause lors du remplissage de l'étage principal avec l'hydrogène, avant qu'une solution ne soit trouvée et que le flot reprenne.


Vers 7h  du matin, heure locale, un nouveau problème était examiné. Un des quatre moteurs RS-25, sous l'étage principal de la fusée, n'arrivait pas à atteindre la température basse souhaitée -- condition nécessaire pour pouvoir l'allumer. Le compte à rebours a été stoppé pendant que les équipes travaillaient pour établir un plan d'action.


En cas d'annulation lundi, la prochaine date de décollage possible est vendredi 2 septembre.

VERS UN RETARD DE LANCEMENT ? 


L'horloge de lancement va s'arrêter 40 minutes avant l'heure prévue, tweete la Nasa. Les équipes "auront alors 10 minutes pour briefer le directeur de lancement. Toujours en attente d'une résolution du problème d'hydrogène avec le moteur n ° 3", ajoute l'agence spatiale, alors qu'un problème retarde le lancement pour l'instant. 

THOMAS PESQUET 


L'astronaute français Thomas Pesquet "regardera avec beaucoup d'attention" les prochains vols habités de la mission Artemis vers la Lune, estimant avoir "voix au chapitre" pour poser sa candidature, au même titre que "plusieurs" astronautes européens, a-t-il dit ce matin sur France Info.


Interrogé pour savoir s'il avait ses chances de décoller vers la Lune lors de la prochaine mission, Thomas Pesquet a répondu "la 2 non, mais à partir de la 3, l'Europe aura voix au chapitre". Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu'à la Lune, sans y atterrir. Un honneur réservé à l'équipage d'Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an. "On aura des vols pour des astronautes européens, clairement moi et mes collègues on va regarder ça avec beaucoup d’attention et puis on va s'imaginer dans cette capsule", a-t-il dit.

REMPLISSAGE DES RÉSERVOIRS EN COURS 


"Le réservoir d'oxygène liquide est maintenant rempli à 75 %", estime la Nasa sur Twitter. "L'hydrogène liquide est à 48%. L'oxygène liquide et l'hydrogène liquide sont actuellement en remplissage rapide" ajoute l'agence spatiale. Les réservoirs ont commencé à être remplis avec un retard d'environ une heure, à cause d'un risque de foudre trop élevé au milieu de la nuit. 

CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LA MISSION ARTÉMIS 1



Premier jalon d'une nouvelle épopée lunaire, la mission Artémis 1 doit marquer le retour des Américains sur cet astre. Découvrez trois faits marquants sur ce lancement historique.

UN RECORD DE DISTANCE ?


Battre un record, c'est l'une des autres missions d'Artémis 1. La capsule Orion devrait s'aventurer jusqu'à 64.000 km derrière la Lune, soit plus loin que tout autre vaisseau habitable jusqu'ici.


L'objectif principal reste cependant de tester le bouclier thermique de la capsule, qui reviendra dans l'atmosphère terrestre à près de 40.000 km/h avec une température moitié aussi chaude que la surface du Soleil.

À LA RECHERCHE DU "CARBURANT LUNAIRE"


La Lune redevient un lieu stratégique grâce à un gaz léger : l'hélium-3. Cet élément non radioactif est considéré par nombre de scientifiques comme le carburant du futur. TF1info vous explique tout sur ce "carburant de la Lune".

LA LUNE, OBJET DE FASCINATION POUR L'HUMAIN


Le vol d'aujourd'hui est hautement symbolique. Près de 50 ans après, l'Homme renouvèle son envie de conquérir la Lune. L'astre est associé à nombre de croyances, désormais analysées par la science. Le 20h de TF1 vous dévoile les dernières recherches sur notre satellite naturelle.

UNE MÉTÉO FAVORABLE A 80 % POUR LE DÉCOLLAGE


La météo, élément clé pour un lancement réussi, serait actuellement à 80 % favorable pour un décollage à l'heure prévue. Le lancement doit avoir lieu à 08h33 en Floride, soit à 14h33 heure française.


Du haut de ses 98 mètres, la fusée orange et blanche Space Launch System, dit SLS, ne pourra pas décoller en cas de pluie ou d'orages.

UNE INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DIGNE DES FILMS DE SCIENCE-FICTION


Pour ce premier vol inhabité d'Artémis I, la capsule Orion testera plusieurs technologies dont un assistant vocal aux capacités inédites. 


Baptisée Callisto, cette interface basée sur la technologie d'Amazon devrait faciliter le travail des astronautes qui pourront s'adresser à cette Alexa d'un nouveau genre pour piloter, par exemple, l'éclairage de la capsule.

TROIS HUMANOÏDES EN MISSION


La nouvelle méga-fusée de la Nasa va voyager vers la Lune, mais sans équipage humain. Elle sera cependant habitée par trois humanoïdes équipés de milliers de capteurs. Leur mission ? Surveiller les effets du rayonnement spatial pour les futurs astronautes. 

RETARD DES OPÉRATIONS DE REMPLISSAGE DE CARBURANT


Durant la nuit de dimanche à lundi, les réservoirs de la nouvelle fusée de la Nasa, la plus puissante du monde, ont commencé à être remplis de carburant. 


Mais, l'équipe américaine a pris un retard d'environ une heure à cause d'un risque de foudre trop élevé au moment du remplissage. La fusée devrait contenir près de trois millions de litres d'hydrogène et d'oxygènes liquides. La Nasa espère rattraper ce retard.

CAP CANAVERAL, LA "CÔTE DE L'ESPACE"


Alors que la Nasa fait son grand retour vers la Lune, ils sont nombreux à avoir fait le voyage à Cap Canaveral en Floride pour assister au décollage d'Artemis 1. Des milliers de personnes sont attendus. Le 20h de TF1 vous dévoile déjà les coulisses de ce lieu unique.

OBJECTIF LUNE


Ce lundi, la NASA relancera sa conquête de la Lune avec la mission Artémis. L’objectif est simple : reposer le pied sur la Lune et y installer une base. Mais pourquoi y retourner ? Le 20h de TF1 vous explique.

Artémis est le nom du programme américain de retour sur la Lune, l'une des grandes priorités de la Nasa pour les nombreuses années à venir. Sa première mission doit décoller lundi, et il ambitionne d'envoyer lors des suivantes la première femme et la première personne de couleur sur la surface lunaire.

Son nom a été choisi en écho au programme Apollo, ayant emmené les seuls 12 hommes à avoir jamais marché sur la Lune, entre 1969 et 1972. Artémis, dans la mythologie grecque, est la sœur jumelle d'Apollon (Apollo en anglais) et une déesse associée à la Lune.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info