Une nécropole implantée au sud de Lutèce a ressurgi au cours de travaux du RER B à Paris.
Une cinquantaine de squelettes y étaient enfouis depuis le IIᵉ siècle.
Ces fouilles permettront de comprendre la vie de nos ancêtres les Parisii.

"Personne ne l’avait vue depuis l’Antiquité". Une nécropole implantée au sud de Lutèce, avec de nombreuses sépultures et offrandes, a été mise au jour lors de travaux du RER B. Une découverte qui aidera à mieux comprendre la vie des Parisii, les Gaulois qui vivaient là à cette époque. 

Une cinquantaine de squelettes étaient enfouis là depuis le IIᵉ siècle, à quelques mètres de l’entrée de la station Port-Royal, sur la rive gauche de la capitale. La fosse avait échappé aux multiples travaux de voirie, dont la construction du RER B dans les années 1970, jusqu’à la création d’une nouvelle sortie pour les usagers et la prescription d’une fouille archéologique préventive. "Il y avait une forte suspicion car on se trouve tout près de la nécropole sud de Lutèce", explique Camille Colonna, responsable des recherches archéologiques et anthropologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), lors d’une visite de presse du chantier.  

AFP

Cette nécropole dite de Saint-Jacques, la plus grande de la cité gallo-romaine, était connue car elle avait été partiellement fouillée au XIXᵉ siècle. Mais trop rapidement, les méthodes de l’époque ne s’intéressant qu’aux objets précieux, délaissant les squelettes et toutes les autres données permettant de comprendre le contexte. 

AFP

Depuis, tout a été recouvert et ces informations sont perdues. Un îlot de la nécropole encore jamais fouillé a heureusement été préservé. "On était très contents : lors du sondage, on a trouvé un premier squelette avec une pièce de monnaie dans la bouche, ce qui nous a permis de dater la sépulture, au IIᵉ siècle de notre ère", raconte Camille Colonna. 

Les fouilles démarrent en mars. Une cinquantaine de sépultures sont mises au jour, toutes à inhumation, et non à incinération comme cela se pratiquait aussi. 

"Passeur des enfers"

Les défunts étaient placés dans des cercueils en bois, eux-mêmes mal conservés mais que les archéologues ont pu restituer grâce aux clous toujours présents. Des hommes, des femmes et des enfants y gisent, allongés sur le dos. Selon Dominique Garcia, président de l’Inrap, il s’agit très probablement de Parisii, le peuple gaulois installé à Lutèce sous domination romaine.

 

Un peu plus de la moitié des inhumations est accompagnée de dépôts, comme des récipients en céramique (cruches, gobelets, vases…) ou en verre. Plus rarement, une pièce a été déposée dans le cercueil ou dans la bouche du défunt. "La pratique est courante dans l’Antiquité. Elle constitue probablement l’obole du passeur des enfers, Charon", précise l’Inrap. "De façon récurrente, on retrouve des chaussures subsistant par la présence des petits clous formant la semelle. Elles sont soit aux pieds du défunt, soit déposées à côté de lui, comme une offrande", décrit Camille Colonna. 

AFP

Des objets liés à l’habillement (bijoux, épingles à cheveux, ceintures) ont aussi été trouvés, ainsi qu’une unique fosse contenant le squelette d’un porc entier et celui d’un autre petit animal avec deux récipients en céramique. Il s’agit sans doute d’une "fosse à offrandes"

D’ici la fermeture prochaine du chantier de fouilles, tous ces indices vont être prélevés, sans exception cette fois, et envoyés en laboratoire. "Cela nous permettra de comprendre la vie des Parisii à travers leurs rites funéraires, ainsi que l’état sanitaire des personnes grâce à l’étude de leur ADN", selon l’anthropologue. 

AFP

Ces fouilles ouvrent "une véritable fenêtre sur le monde funéraire de Paris dans l’Antiquité", alors que l’histoire antique de la capitale "est globalement mal connue", souligne Dominique Garcia. "Ce qu’on retrouve dans les tombes, on le retrouve aussi dans l’habitat, et cela nous en apprendra davantage sur les lieux d’approvisionnement des Parisiens de l’époque", se réjouit-il. 


L.T. avec AFP

Tout
TF1 Info