Partie à l'assaut de Jupiter et de ses lunes, la sonde Juice rencontre actuellement des difficultés.
L'un de ses instruments ne s'est pas déployé comme prévu, a fait savoir l'agence spatiale européenne.

Partie le 14 avril dernier depuis le port spatial européen de Kourou (Guyane française), la sonde Juice connait ses premiers déboires. "L'antenne RIME de Juice, qui pénètre la glace, n'a pas encore été déployée comme prévu", indique l’agence spatiale européenne (Esa), dans un communiqué publié ce vendredi 28 avril. "Au cours de la première semaine de mise en service, un problème est survenu avec le radar de 16 mètres pour l'exploration des lunes glacées, l'empêchant de se détacher de son support de montage", est-il précisé. 

L'instrument RIME (pour "Radar for Icy Moons Exploration" en anglais) est l'un des dix instruments qui se trouvent à bord du vaisseau européen. Il s’agit d’un sondeur radar optimisé pour pénétrer l’épaisse couche de glace à la surface de Ganymède, Europe et de Callisto. L’appareil peut aller jusqu'à une profondeur de 9 km de manière à étudier la géologie et la géophysique du sous-sol des lunes glacées, avec l’objectif d’y détecter l'eau qui est supposée s’y trouver. Autant dire qu’il s’agit d’un élément crucial pour le déroulement futur de la mission.

L'hypothèse la plus probable est qu'une "minuscule goupille coincée n'a pas encore fait place à la libération de l'antenne", selon l'agence spatiale européenne. Il s'agit d'une "question de millimètres", précise-t-elle. Pour y remédier, plusieurs options sont envisagées. À commencer par une "brûlure de moteur à venir dans le but de secouer le vaisseau spatial, suivi d'une rotation de Juice pour déplacer le radar hors de l'ombre afin de le réchauffer", explique l'Esa, dans le communiqué. En tout cas, rien d'insurmontable, à l'entendre.

Juice suit actuellement une route invisible qui doit l’amener vers Jupiter et ses lunes glacées à l’horizon 2031. C'est la première mission spatiale à explorer cette région du Système solaire. Sa mission vise à mieux comprendre le système jovien, considéré comme un "mini-système solaire", avec l'espoir d'y trouver des environnements propices à l'apparition de la vie, notamment grâce à l'instrument RIME. "À deux mois de la mise en service prévue, les équipes ont largement le temps de résoudre le problème", explique l'Esa, qui se dit confiante pour la suite.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info