Une partie de la navette spatiale Challenger a été retrouvée au fond de l'océan.
Elle avait explosé en 1986 avec sept membres d'équipage à bord.
Les plongeurs ont fait cette découverte près du triangle des Bermudes.

C'est l'une des plus grandes tragédies de l'histoire spatiale. Le 28 janvier 1986, une navette conçue à des fins de tests explose en plein vol, 73 secondes à peine après son décollage. À son bord, sept membres d'équipage périssent dans l'accident, dont la première "citoyenne de l'espace", l'institutrice Christa McAuliffe. 36 ans après ce drame qui a coûté sept vies, des plongeurs ont découvert, enfouie au fond de la mer, une partie de cette navette spatiale, a annoncé la Nasa ce jeudi 10 novembre.

Le plus grand morceau de la navette retrouvé

L'équipe est tombée sur ce morceau d'histoire totalement par hasard. Initialement, elle cherchait à mettre la main sur les restes d'un avion disparu au cours de la Seconde Guerre mondiale dans le triangle des Bermudes. L'objectif était alors de tourner un documentaire sur les mystérieuses disparitions d'avion et de bateaux dans cette zone de l'océan Atlantique située au large de la Floride. C'est pourquoi on possède des images de cette découverte hors du commun, faite au printemps dernier. Diffusées à partir du 22 novembre, quelques extraits ont été publiés par la chaîne américaine History Channel. 

Sur la vidéo, on voit deux plongeurs au fond de l'océan. Entourés de poissons, ils font doucement apparaître, de sous le sable, des petits carrés noirs. Il s'agit des emblématiques tuiles de protection thermique qui recouvraient tout le dessous du vaisseau afin de lui permettre de résister à une infernale chaleur lors de son retour dans l'atmosphère. La partie apparente fait environ 4,5 mètres sur 4,5. Le morceau s'étendant sous le sable, enterré, on ne connaît pour le moment pas sa taille totale. Mais il s'agit d'ores et déjà de l'un des plus grands morceaux retrouvés après cette tragédie ayant marqué l'histoire spatiale, a confirmé la Nasa.

Une façon pour les deux plongeurs de marquer l'histoire. L'un d'eux, Mike Barnette, a ainsi raconté à l'AFP avoir vécu de véritables "montagnes russes émotionnelles" en réalisant ce qu'il était alors en train de toucher. "Quand on l'a trouvée, c'était beaucoup d'émotions différentes", s'est remémoré ce biologiste marin. "Je suis habitué à plonger autour d'épaves vieilles de dizaines, voire de centaines d'années, mais pas d'un bout du programme spatial!"

Si ce segment, remarquablement conservé au fond de l'océan, est historique, il ne devrait cependant pas apporter de nouvelles informations sur l'accident en lui-même. Les causes de la tragédie ont en effet déjà été bien établies. Elle était liée à des joints qui avaient gelé durant la nuit précédent le vol. Observer la manière dont les matériaux ont vieilli pourrait malgré tout être intéressant, a estimé auprès de l'AFP Mike Ciannilli, employé de la Nasa depuis plus de 25 ans, pour l'essentiel sur le programme de la navette spatiale. Mais surtout, à ses yeux, cette découverte permettra de raviver le souvenir de Challenger et toutes les "leçons tirées de cette mission". Si la Nasa n'a pas encore indiqué si elle comptait extraire le morceau de l'eau, des discussions sont en cours, a précisé Mike Ciannilli. Toujours est-il que, quoi qu'il soit décidé, l'objectif de l'agence spatiale "est de nous assurer que nous honorons la mémoire et l'héritage de l'équipage, et leurs familles".


F.S.

Tout
TF1 Info