Dimanche 11 décembre, le vaisseau Orion de la Nasa est revenu sur Terre.
Officiellement, la prochaine mission Artemis-II est prévue pour 2024.
Cependant, un report n’est pas à exclure du fait des retards accumulés.

Après avoir passé un peu plus de 25 jours dans l'espace et s'être rendu autour de la Lune, le vaisseau Orion de la Nasa, qui ne comportait pas d'astronaute à bord pour ce vol test, a amerri comme prévu dimanche 11 décembre au large de l'île mexicaine de Guadalupe, dans l'océan Pacifique. Artemis-I était le premier volet du nouveau programme spatial qui doit permettre aux Américains de retourner sur la Lune. Le succès de cette mission était crucial pour la Nasa, qui a investi des dizaines de milliards de dollars pour mener à bien ce remake des années 1960. 

Et maintenant, la suite ? Avant de fouler le sol lunaire, une deuxième mission, Artemis-II, emmènera un équipage jusqu'à la Lune, toujours sans y atterrir. Le nom des astronautes sélectionnées par la Nasa sera annoncé en début d’année prochaine pour un lancement prévu en 2024. Enfin, si tout va bien… Les incertitudes sont nombreuses, et un report n’est donc pas à exclure. Le lancement d’Artemis-I a été repoussé à trois reprises. Et les équipes de la Nasa et ses partenaires vont maintenant devoir mettre les bouchées doubles pour parvenir à respecter ce calendrier. 

Pour l’instant, la Nasa n’a ni lanceur ni vaisseau spatial, même si la conception de la capsule d'Artemis-II a déjà bien avancé, selon l’agence. Des composants clés - notamment le système avionique - de la capsule Orion seront réutilisées sauf qu'avant d’être assemblés, ils vont devoir subir une série de tests de validation. Or ce type de procédures peut prendre du temps, souligne le site Space.com, qui rappelle que la décision de la Nasa de réutiliser une partie du matériel a été prise lorsque le calendrier assurait trois années complètes entre les deux lancements. 

Un alunissage au plus tôt en 2026 ?

Pour appuyer son propos, le média américain cite, notamment, un rapport du Bureau de l'inspecteur général de la Nasa (OIG), datant du mois dernier. Dans ce document, la Direction des missions de développement des systèmes d'exploration estime qu’il faudra "environ 27 mois" pour vérifier et réinstaller les composants sur le nouveau vaisseau. En tenant compte de cette donnée, un lancement ne pourra être envisagé qu’en 2025, soit quasiment un an de retard. Partant de là, Artemis-III, la mission qui fera atterrir des humains sur la Lune, interviendrait, au plus tôt, en 2026 (au lieu de 2025).

Concernant les combinaisons spatiales dont seront équipés les futurs astronautes, la Nasa assure qu’elles seront prêtes à temps. Après avoir accumulé du retard, l’agence a pris la décision, en juin dernier, de sous-traiter, en confiant leur développement aux sociétés Axiom Space et Collins Aerospace en collaboration avec ILC Dover. Pour le moment, la Nasa maintient son calendrier. Cependant, au regard de ces informations, un départ de la mission Artemis-II en 20I4 serait déjà un véritable exploit en soi. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info