Le premier satellite en bois bientôt lancé dans l'espace... mais pour quoi faire ?

Publié le 18 février 2024 à 13h45, mis à jour le 18 février 2024 à 14h16

Source : JT 20h WE

Dans la course contre-la-montre écologique, les scientifiques s'appuient de plus en plus sur les satellites, notamment pour comprendre l'évolution du climat.
Mais ces oiseaux aux ailes d'acier en orbite autour de la Terre sont aussi une source de pollution, en multipliant le nombre de débris spatiaux.
Pour remédier à ce problème, des chercheurs de l'Université de Kyoto ont mis au point un satellite conçu en bois de magnolia, qui doit être lancé avant l'été.

Demain, des satellites biodégradables ? L'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) prévoit de lancer le premier satellite en bois au monde dans l'espace, avec l’ambition de rendre les vols spatiaux plus durables. Sans être une révolution, c’est un petit pas en faveur d’une industrie spatiale plus respectueuse de l’environnement. D'ailleurs, le projet est soutenu par la Nasa. De la taille d’une tasse à café, le petit satellite d’essai "LignoSat" doit être placé en orbite terrestre avant l’été 2024. Il a développé par une équipe de scientifiques de l’Université de Kyoto.

C'est bien connu, le bois est un matériau biodégradable. De ce fait, lorsqu’il arrivera en fin de vie, LignoSat se consumera intégralement dans l'atmosphère terrestre. Les chercheurs ont utilisé pour l'armature du bois de magnolia, une essence d’arbre connue pour sa robustesse. Début 2023, l'équipe à l'origine du projet a envoyé des échantillons de trois spécimens – cerisier, bouleau et magnolia - à bord de la Station spatiale internationale (ISS), où ils ont passé dix mois dans un module exposé à l'environnement extrême de l'espace extra-atmosphérique. C'est le bois de magnolia qui a finalement été retenu par les scientifiques japonais.

Pas moins de 9300 tonnes d'objets spatiaux, dont des satellites en fin de vie et des morceaux d'étages de fusée usés, sont actuellement en orbite autour de la Terre.
Pas moins de 9300 tonnes d'objets spatiaux, dont des satellites en fin de vie et des morceaux d'étages de fusée usés, sont actuellement en orbite autour de la Terre. - Getty Images/iStockphoto

Selon un rapport de l'Agence spatiale européenne, pas moins de 9300 tonnes d'objets spatiaux, dont des satellites en fin de vie et des morceaux d'étages de fusée usés, sont en orbite autour de la Terre. En théorie, le satellite d’essai LignoSat sera "zéro déchet", de quoi réduire le nombre de débris en orbite terrestre. En outre, les métaux brillants qui composent l’armature des engins spatiaux actuels, comme le titane ou l'aluminium, augmentent la luminosité globale du ciel nocturne de plus de 10 % sur une grande partie de la planète. Or cette pollution lumineuse nuit à l'observation des phénomènes spatiaux lointains depuis la Terre.

Les scientifiques de l'Université de Kyoto soulignent que cela limiterait aussi le risque d'accidents en orbite terrestre. En effet, les satellites deviennent incontrôlables dès lors qu'ils ont épuisé tout leur carburant. Ce qui augmente le risque de collision si leur trajectoire coïncide avec celles de la Station spatiale internationale ou de tout engin transportant des êtres humains dans l’espace. Enfin, cela limiterait grandement le risque de voir des débris tomber sur Terre, mettant en danger les habitants de la Terre.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info