Qui est Allan Petre, ce "frenchy" de 24 ans qui va intégrer la Nasa en janvier 2024 ?

Publié le 23 novembre 2023 à 19h44, mis à jour le 24 novembre 2023 à 9h45

Source : TF1 Info

En janvier prochain, un Français de 24 ans va intégrer les équipes de la Nasa.
Allan Petre est originaire de Seine-Saint-Denis en région parisienne.
Retour sur le parcours hors du commun de ce jeune homme, qui sera peut-être un jour astronaute !

Allan Petre, retenez bien son nom, car il n'a pas fini de faire parler de lui ! Ce Français de 24 ans, originiaire de Seine-Saint-Denis, va intégrer la Nasa en janvier prochain. Il n’est pas le premier "frenchy" à faire ses valises pour rejoindre le prestigieux Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena en Californie, où sont conçus les robots et vaisseaux de l'agence spatiale américaine. Mais le parcours hors du commun de ce jeune homme, qui a grandi en Seine-Saint-Denis, pousse au respect et à l’admiration. "Je me suis battu et j’y suis arrivé !", lance-t-il, dans une récente interview au Le Parisien. Retour sur cette "success story" qui ne fait que commercer. 

Un rêve de gosse qui se réalise

Rejoindre la Nasa, Allan Petre en rêve depuis qu'il est tout petit, "au moins depuis l’école primaire" quand il passait des heures à regarder "des vidéos de Neil Amstrong et Apollo", confiait récemment l'intéressé à nos confrères. Les mystères du cosmos l'ont toujours intrigué, explique-t-il. "L’espace, c’est mystérieux et hors de portée, ça m’a toujours intéressé. Quand j’étais petit, je regardais le ciel et me posais des questions sur le ciel nocturne ou notre place dans l’univers", raconte le jeune homme.

Au bout d’un an, il se réoriente

Au lycée, lorsqu'il fait part de ses ambitions, l'équipe pédagogique tente de le dissuader de suivre cette voie. "J’avais parlé de mon projet à mes profs de physique et de maths, mais la plupart m’avaient répondu que l’aérospatial est un secteur sélectif et fermé, relate le jeune homme. Ils ne m’avaient pas bloqué, mais prévenu que le chemin allait être compliqué et qu’il faudrait que je m’accroche."  Par crainte de l'échec, il s'oriente vers un diplôme universitaire de technologie (DUT) en gestion des entreprises et des administrations, à Marne la Vallée. À l'issue de la première année, Allan Petre décide finalement de se réorienter et s’inscrit en DUT génie thermique et énergétique, au sein du campus de Paris Nanterre Ville-d’Avray. 

Galère de transport et job étudiant

Entre-temps, ses parents déménagent en Seine-et-Marne. "C’était compliqué, car je partais le matin à 6 heures, je rentrais à 20 heures ou 20h30. Donc pour réviser, c’était difficile", se souvient-il. En parallèle, comme beaucoup d'étudiants, il travaille le week-end pour financer ses études. "J’avais pris un contrat chez Hugo Boss à la Vallée Village, les samedis et dimanche", relate le jeune homme auprès du journal. Ce qui ne l'empêche pas, deux ans plus tard, d'obtenir son diplôme. Allan Petre passe ensuite des concours pour intégrer une école d’ingénieur.  

L'entreprise Ariane Group le repère

En parallèle, il passe des entretiens chez Safran, Airbus, Ariane Group, en quête d’un contrat d’alternance. "J’ai eu la chance d’être pris en même temps à l’école et chez Ariane Group ! J’étais très content, car c’est le leader européen des lanceurs spatiaux, tout le monde parle des fusées Ariane, ça fait rêver !", déclare-t-il, dans les colonnes du Parisien. À la rentrée, le jeune homme intègre l’École Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique (ISAE-ENSMA), près de Poitiers (Vienne). En deuxième année, Allan Petre part en stage dans un laboratoire d’astrophysique à l’université de Floride, dans un labo d’astrophysique. 

Jackpot, il est sélectionné par la Nasa !

Son diplôme en poche, le jeune homme passe les sélections pour intégrer la Nasa, "un peu au culot" selon ses mots. "Les opportunités ne viennent pas toujours directement à nous, il faut se les créer. Pour l’université de Floride, j’avais contacté le chercheur en astrophysique, j’ai fait pareil avec une chercheuse de la Nasa dont le travail m’intéressait beaucoup !", explique-t-il. En janvier prochain, Allan Petre intégrera le département de sciences planétaires du laboratoire de l'agence spatiale américaine, où il travaillera sur les prochaines missions DAVINCI+ et VERITAS, deux sondes qui seront envoyées vers Venus respectivement en 2029 et en 2031. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info