La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

Espace : qui est Sophie Adenot, la nouvelle astronaute française ?

Matthieu DELACHARLERY
Publié le 23 novembre 2022 à 15h46, mis à jour le 23 novembre 2022 à 16h13
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'Agence spatiale européenne a dévoilé ce mercredi les visages et les noms de ses futurs astronautes.
La Française Sophie Adenot figure parmi les cinq aspirants qui ont obtenu un ticket pour l'espace.
Pour elle, l'entraînement débutera en avril 2023 au Centre européen des astronautes, en Allemagne.

C’est une femme, elle a 40 ans et nous vient de Bourgogne ! À l’issue d’un processus de recrutement impitoyable, avec des milliers de postulants et peu d'élus, la Française Sophie Adenot a décroché un ticket pour les étoiles. Aux côtés de quatre autres aspirants, cette pilote d'hélicoptère expérimentée, âgée de 40 ans, va intégrer la nouvelle promotion du corps des astronautes de l’Agence spatiale européenne (Esa), treize ans après Thomas Pesquet. La Bourguignonne marche ainsi dans les pas de la spationaute Claudie Haigneré, première Française à être partie dans l'espace en 1996.

Les 22 États membres de l'Esa, réunis à Paris du 22 au 23 novembre à l'occasion du congrès ministériel de l'agence spatiale, ont pu découvrir à cette occasion les visages et les noms des astronautes qui porteront la bannière de l’Europe au-delà des frontières terrestres. La Française Sophie Adenot fera ses classes avec le Belge Raphaël Liégeois, le Suisse Marco Sieber, l'Espagnol Pablo Álvarez Fernández et la Britannique Rosemary Coogan. Pour la première fois, l’agence va également former un corps de réserve, en parallèle, au cas où de nouvelles occasions de vols, moins longs, se présenteraient. 

En plus de ces cinq titulaires, douze aspirants astronautes ont été sélectionnés, dont un autre Français, Arnaud Prost. Lui aussi réserviste, l'athlète britannique John McFall a été choisi par l'agence pour participer à un programme inédit que vient de lancer l'Esa, en vue d'envoyer en orbite le premier un astronaute porteur d'un handicap en orbite autour de la Terre. Amputé d'une jambe, il pourrait ainsi devenir le premier "parastronaute" de l'histoire de la conquête spatiale. 

Lire aussi

Pour la Française Sophie Adenot, un entraînement intensif, d'une durée d'un an, débutera en avril prochain au Centre européen des astronautes à Cologne, en Allemagne. Puis, en cas de mission, elle participera à un entraînement de deux ans. À l'issue de leurs classes, les cinq astronautes seront affectés dans un premier temps à des missions vers la station spatiale, mais aussi vers la Lune et peut-être même Mars. 

L'Agence spatiale a déjà obtenu trois sièges pour les Européens à bord de la future station orbitale lunaire Gateway, en tant que contributeur au programme. Mais les rares places disponibles sont réservées à la génération précédente déjà rodée aux séjours en orbite basse. Sept astronautes européens - dont le Français Thomas Pesquet - peuvent y prétendre, pour le moment en tout cas.

Digne héritière Jacqueline Auriol, pionnière de l'aviation

Née le 5 juillet 1982 en Bourgogne, Sophie Adenot décroche en 2004 le diplôme d'ingénieur de l'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (ISAE SUPAERO), où elle obtient sa licence de pilote privée. Elle poursuit ses études de l'autre côté de l'Atlantique au sein du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), où elle passe son brevet de parachutisme sportif. 

En octobre 2005, elle est admise sur titre à l'École de l'Air et de l'Espace en tant qu'élève officier de l'air puis obtient sa licence de planeur, avant de poursuivre en tant que pilote d'hélicoptères. Après sa formation d'ingénieure, la société Airbus Helicopters la recrute pour travailler au sein du bureau d'études pour la conception des cockpits d’hélicoptères. En parallèle, Sophie Adenot intègre l'Armée de l'air, pour qui elle pilote des hélicoptères Caracal pour des opérations de secours militaires. 

En l'espace de quinze ans, de 2006 à 2021, elle gravit un à un les échelons de la hiérarchie militaire, passant de simple aspirante au grade de lieutenant-colonel. Entre temps, en 2018, elle devient la première femme pilote d’essais expérimental sur hélicoptères en France. Digne héritière de Jacqueline Auriol, pionnière de l'aviation française, devenue au cours du siècle dernier la première femme française pilote d’essais sur avions à réaction. 


Matthieu DELACHARLERY

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info