Un parchemin réputé illisible se dévoile, 2000 ans après avoir été enseveli dans les cendres du Vésuve

par TD avec AFP
Publié le 6 février 2024 à 18h56

Source : TF1 Info

Un trio de chercheurs a remporté un prix de 700.000 dollars ces derniers jours.
Sa prouesse ? Le début de déchiffrage d'un parchemin antique, retrouvé aux abords du Vésuve.
D'une extrême fragilité, ce rouleau de papyrus carbonisé a été analysé grâce à des scanners et des programmes informatiques basés sur l'IA.

C'est une fort jolie somme, pas moins de 700.000 dollars, que va se partager un groupe de trois chercheurs. Une récompense accordée pour avoir réalisé une petite prouesse : déchiffrer grâce à l'intelligence artificielle la partie d'un rouleau manuscrit vieux de près de 2000 ans. Un témoignage précieux du monde antique qui avait été gravement endommagé en 79 après J.C. par l'éruption du Vésuve.

L'IA au service des historiens et des scientifiques

Les papyrus au centre de cette attention sont ceux d'Herculanum, une ville italienne qui se trouvait dans l'Antiquité au bord du golfe de Naples. Au XVIIIe siècle, des ouvriers avaient découvert les restes de ces parchemins au cœur d'une luxueuse villa, une habitation qui aurait pu appartenir à la famille du beau-père de Jules César. On soupçonne cette bâtisse d'avoir abrité une bibliothèque richissime, où se trouvaient entreposés des milliers de rouleaux manuscrits. Jusqu'à présent, environ 800 ont été exhumés par les archéologues, dont une majorité demeure totalement illisible. Semblables à des bûches calcinées, ils s'effritent et sont facilement endommagés dès que quiconque cherche à les dérouler.

C'est pour percer les secrets de ces documents qu'un concours a été lancé, avec un beau prix à la clef. Le "Vesuvius Challenge" a été créé par Brent Seales, un chercheur en informatique à l'université du Kentucky aux États-Unis, et Nat Friedman, fondateur de la plateforme Github (aujourd'hui détenue par Microsoft). Après avoir à l'automne mis en avant de premiers résultats très encourageants, les organisateurs ont annoncé en ce début février qu'une étape majeure avait été franchie. 

"Notre projet fou a réussi", s'est enthousiasmé Nat Friedman. Ce sont au total quinze colonnes de texte qui ont été déchiffrées. Le trio de chercheur victorieux a pour cela utilisé une imagerie à rayons X, permettant de détecter les plus infimes variations de la structure des papyrus. Les marques laissées par l'encre pouvaient ainsi être potentiellement identifiées. La mise au point de logiciels basés sur l'intelligence artificielle a permis de "dérouler" par ordinateur le rouleau, ouvrant la porte à la détection des caractères sur les parchemins, puis à leur lecture. 

Déjà 5% d'un rouleau devenus lisibles

Après avoir identifié l'an passé quelques signes, ce sont désormais des passages entiers qui révèlent leurs secrets. Ces écrits proviendraient du philosophe épicurien Philodème et portent sur la musique, la nourriture, ou les manières de profiter des plaisirs de la vie. "Dans la section finale", souligne Nat Friedman, l'auteur "attaque sans les nommer des adversaires idéologiques. Peut-être les Stoïciens ?" Des individus qui n'ont en tout cas "rien à dire sur le plaisir, ni en général ni en particulier", révèle le papyrus.

Les trois chercheurs victorieux ont uni leurs efforts au cours des derniers mois pour parvenir à progresser dans leurs analyses. À l'heure qu'il est, ils ont déchiffré environ 5% d'un rouleau, expliquent les organisateurs du concours. "Certains de ces textes pourraient complètement réécrire l'histoire de périodes clés du monde antique", se réjouit le chercheur en études classiques Robert Fowler, et président de la Herculaneum Society, interrogé par Bloomberg.

Si les spécialistes parviennent à poursuivre avec succès leurs analyses et à les étendre aux autres parchemins calcinés, nous pourrions avoir accès à un incroyable catalogue de poésies antiques, de pièces de théâtre et de philosophie grecques et romaines anciennes. Des historiens rêvent déjà de retrouver les traces des œuvres d'Eschyle, Sappho ou Sophocle. Certains de leurs confrères, quant à eux, espèrent de nouveaux éléments susceptibles d'éclairer notre connaissance des premières années du christianisme. Nombreux sont les sujets encore mystérieux : un inventaire de l'université de Californie estime que seuls 3 à 5% des textes de grec ancien auraient survécu jusqu'à l'ère moderne.


TD avec AFP

Tout
TF1 Info