La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

EN IMAGES - La surface de la Lune capturée de très près par la Nasa, lors du passage de sa capsule Orion

M.L (avec AFP)
Publié le 9 décembre 2022 à 21h25
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Dans le cadre de la première mission du programme Artémis, l'agence spatiale américaine est parvenue à envoyer lundi son vaisseau Orion à moins de 130 kilomètres de la surface lunaire.
La capsule a désormais repris le chemin de la Terre.
Une expédition dont la Nasa a publié des clichés époustouflants.

Crevasses, irrégularités, jeux de lumière... Dans une série de clichés inédits, la Nasa vous offre la possibilité d'observer la Lune dans un luxe de détails, en vous propulsant aux premières loges. À l'occasion de la première mission du programme Artémis, sa capsule spatiale Orion a réalisé lundi un survol de ce satellite de la Terre, juste avant de rebrousser chemin vers notre planète. L'agence spatiale américaine a depuis dévoilé en ligne plusieurs photographies spectaculaires de cette expédition. Des clichés offrant un niveau de détail saisissant, et pour cause : la capsule s'est approchée à moins de 130 kilomètres de la surface lunaire. 

"Nous ne pourrions pas être davantage satisfaits des performances du vaisseau", a déclaré Debbie Korth, responsable adjointe pour Orion. Devant les magnifiques images retransmises en direct une fois la communication rétablie, et que vous pouvez retrouver ci-dessous, "nous avons dû marquer une pause, et juste regarder : wahou, nous sommes en train de dire au revoir à la Lune", a-t-elle raconté durant une conférence de presse. 

La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA

Sur les impressionnantes photos mises en ligne par l'agence spatiale, on distingue nettement une moitié de globe gris, moucheté de petits cratères, surgissant dans l'obscurité. Le vaisseau américain et ses "ailes", de larges panneaux solaires, s'approchent vertigineusement de la surface lunaire. Il y a une semaine, ce tout nouveau vaisseau a aussi battu le record de distance pour une capsule habitable, en s'aventurant à un peu plus de 432.000 km de notre planète - plus loin que ne l'ont fait les missions Apollo.

La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 5 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA

L'une des images est également parvenue à capturer la sphère dans sa globalité, éblouissante grâce au flash de l'appareil photo. Sa grande résolution permet de détailler des variations de couleur à la surface de la Lune, entre les tâches éclatantes et les étendues plus sombres, mais aussi les contours précis des cratères. 

La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 9 décembre 2022 par l'agence américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 9 décembre 2022 par l'agence américaine. - NASA

Des cratères sur lesquels plusieurs autres clichés offrent un degré de définition saisissant, dévoilant des petites crevasses semblables à des éclaboussures sur le régolithe, la roche formant la croûte de la Lune, une sorte de basalte très proche de celui que produisent les volcans sur Terre.

La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA

Sur les dernières photos mises en ligne, la Lune s'éloigne progressivement du vaisseau : on ne distingue plus qu'une coupole blanche flottant au milieu du noir complet. Grâce à l'attraction gravitationnelle de celle-ci, Orion s'est propulsé en direction de la planète bleue. Il n'effectuera désormais que de légères corrections de trajectoire jusqu'à son amerrissage dans l'océan Pacifique, au large de la ville américaine de San Diego, prévu dimanche 11 décembre à 17h40 GMT (18h40 à Paris). À son retour sur Terre, la capsule aura parcouru plus de 2,2 millions de kilomètres au total selon Mike Sarafin, responsable de la mission.

La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine.
La Lune capturée depuis le vaisseau Orion de la Nasa, dans le cadre de la mission Artémis 1. Photo mise en ligne le 7 décembre 2022 par l'agence spatiale américaine. - NASA

Il s'agissait de la dernière grosse manœuvre de la mission Artémis 1, au cours de laquelle Orion a passé environ six jours en orbite distante autour de la Lune. Cette dernière avait débuté avec le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa le 16 novembre, pour un voyage devant durer 25 jours et demi au total. La capsule ne transporte pas de passager, le but de la mission étant seulement de vérifier que le véhicule est sûr pour un futur équipage.

Lire aussi

M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info