Moon Sniper sur la Lune : l'alimentation électrique de la sonde japonaise éteinte pour économiser les batteries

par A.S
Publié le 22 janvier 2024 à 8h03

Source : Sujet TF1 Info

Après une descente de 20 minutes, le module Smart Lander for Investigating Moon (SLIM) a aluni vendredi.
Mais faute de panneaux solaires en état de marche, l'engin surnommé "Moon Sniper" est à court d'énergie.
L'alimentation électrique a dû être coupée pour économiser les batteries.

L'agence spatiale japonaise (Jaxa) a dit lundi avoir éteint l'alimentation électrique de son module Slim moins de trois heures après son alunissage historique de vendredi soir, afin d'économiser ses batteries en vue d'un possible redémarrage.

"Nous avons pu terminer la transmission des données techniques et des images acquises pendant la descente et sur la surface lunaire avant que l'alimentation ne soit coupée", a déclaré la Jaxa sur le réseau social X, ajoutant qu'un "grand volume de données" avait été reçu.

Comme un droïde de Star Wars

Le succès de cette mission, surnommée "Moon Sniper" par la Jaxa, est historique pour le Japon, qui est devenu le cinquième pays à réussir à se poser sur la Lune, après les États-Unis, l'URSS, la Chine et l'Inde.

Le module spatial japonais Slim transporte un instrument atypique : un robot sphérique évoquant un droïde de Star Wars, qui se déploie comme un jouet transformable et se déplace un peu comme une tortue marine.

À peine plus grande qu'une balle de tennis et pesant seulement 250 grammes, SORA-Q, la sonde exploratrice de SLIM, a été co-développée par la Jaxa et Takara Tomy, grand fabricant japonais de jouets à l'origine des célèbres robots "Transformers" lancés en 1984. Le géant nippon de l'électronique Sony et l'université japonaise privée Doshisha de Kyoto (ouest) ont aussi contribué à son élaboration. 

"Papillon" et "crawl"

SORA-Q comprend deux caméras, l'une qui émerge à l'avant quand sa carapace métallique s'ouvre en deux, et une deuxième à l'arrière. Une fois la sphère ouverte, ses deux extrémités lui servent de roues pour se mouvoir d'une manière chaloupée sur une surface accidentée.

La sonde a deux modes de déplacement : le "papillon", où ses deux roues roulent de concert, et le "crawl", où elles avancent en décalage. "Sora" signifie "univers" en japonais, tandis que la lettre Q fait référence aux mots "question" et "quête", expliquent les concepteurs de la sonde. Ses caméras doivent transmettre de précieuses images de Shioli, le petit cratère où SLIM doit alunir, et sur lequel affleurent des roches émanant de la structure interne de la Lune, qui est encore mal connue.


A.S

Tout
TF1 Info