Des "naissances vierges" qui étonnent : la raie Charlotte va avoir des petits... sans avoir jamais vu de mâle

par J.F. avec AFP
Publié le 17 février 2024 à 11h10

Source : Sujet TF1 Info

Charlotte, la raie de l'aquarium d'Henderson en Caroline du Nord (Etats-Unis) attend des petits sans jamais avoir été en contact avec un mâle de son espèce, ont annoncé les soigneurs et dirigeants de l'institution.
Une curiosité scientifique puisque la possibilité de se reproduire sans la contribution génétique d'un mâle a longtemps été considérée comme extrêmement rare, surtout chez les mammifères.

Fin novembre, la raie Charlotte, locataire de l'aquarium d'Henderson en Caroline du Nord (Etats-Unis) depuis plus de 8 ans, a commencé à développer une grosseur inhabituelle. "Sa bosse a commencé à grossir encore et encore, et nous pensions que cela pouvait être un cancer", a raconté à l'AFP Kinsley Boyette, soigneuse et directrice adjointe de l'institution. Mais après une échographie, l'horizon s'est éclairci : il s'agit en fait d'œufs, Charlotte attend des petits. Une bonne nouvelle, certes, mais très curieuse, puisque la raie n'a jamais été en contact avec un mâle de son espèce.

De telles "naissances vierges" sont rares ; la possibilité de se reproduire sans la contribution génétique d'un mâle a longtemps été considérée comme extrêmement rare, mais a été observée ces dernières années chez de nombreux vertébrés, y compris des oiseaux, des reptiles et des poissons, mais pas chez des mammifères. 

La parthénogenèse, l'explication la plus probable

Comment expliquer ce phénomène ? Bryan Legare, du Centre d'études côtières de Provincetown, dans le Massachusetts, a expliqué à l'AFP que des animaux ne pouvant s'accoupler mettront parfois en œuvre ce processus nommé parthénogenèse. De petites cellules appelées globules polaires, formées en même temps que les œufs et qui normalement se désintègrent, fusionnent alors à nouveau avec l'œuf, procurant le matériel génétique nécessaire pour créer un embryon viable. Selon Bryan Legare, un cas impliquant un requin ou une raie dans un aquarium est rapporté tous les ans ou tous les deux ans. Il se pourrait que cela ait également lieu dans la nature, mais seuls des tests génétiques pourraient le confirmer.

Charlotte, qui vit dans un bassin en compagnie de 5 petits requins, est très vite devenue une sensation locale. Après une longue période de rénovations, l'aquarium a rouvert jeudi, "et tous ceux qui passaient la porte voulaient voir mademoiselle Charlotte", a dit Kinsley Boyette. La raie pourrait donner naissance à 4 petits, comme c'est habituellement le cas pour cette espèce.


J.F. avec AFP

Tout
TF1 Info